Concert test : « Revoir la foule, ça fait du bien »

·1 min de lecture
5 000 personnes ont pu danser samedi sur les tubes d'Indochine, avec masque mais serrées dans l'arène de Bercy à Paris.
5 000 personnes ont pu danser samedi sur les tubes d'Indochine, avec masque mais serrées dans l'arène de Bercy à Paris.

« Nous, on veut vivre? encore plus fort ! » Samedi soir, les paroles de la chanson « Marilyn » du groupe Indochine avaient une résonance particulière pour la foule. Cinq mille spectateurs ont pu danser sur les tubes du groupe français, avec masque mais serrés dans l'arène de Bercy à Paris, lors d'un concert doublé d'une étude scientifique très attendue par un secteur durement éprouvé par le Covid-19.

Pour l'occasion, Nicola Sirkis leur a demandé de « faire du bruit » pour les soignants, les chercheurs. Et pour rendre hommage « à tous les morts du Covid ». Lors de ce concert pour l'instant exceptionnel, car il s'agit d'une expérimentation scientifique, le groupe vétéran, formé en 1981, a déroulé ses classiques, enchaînant les tubes qui ont traversé les générations : « 3e sexe », « J'ai demandé à la lune », « Tes yeux noirs »? Une nuée de bras levés a répondu à « Trois nuits par semaine », puis la clameur a envahi Bercy quand ont surgi les premières notes de « L'Aventurier ».

Multiplication des tests

Indochine, précédé par le DJ Étienne de Crécy, remontait sur scène pour la première fois après avoir dû reporter d'un an (au printemps-été 2022) la tournée de ses 40 ans, à cause de la crise sanitaire. « Ça fait des mois qu'on n'a pas de concert. Revoir la foule, ça fait du bien, on reprend goût à la vie », a témoigné Loïs, une technicienne de laboratoire de 30 ans, postée au plus près de la scène. « Ça fait si longtemps qu'on attend [?] Donc là, retrouver un conce [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles