Concert test à Paris : 5.000 aventuriers pour Indochine et pour la science

·1 min de lecture

"Aujourd'hui, 29 mai 2021, nous aurions dû jouer au Stade de Bordeaux. Mais ce n'est pas grave, la vie est belle". Nicola Sirkis ne cachait pas sa joie d'être sur la scène de l'AccorHotels Arena malgré le report l'année dernière de la tournée des 40 ans d'Indochine pour cause de crise sanitaire (elle reprendra au printemps 2022). Face à lui, une foule compacte de 5.000 spectateurs masqués mais sans distanciation sociale, galvanisée par une année sans concerts, applaudit à tout rompre, déjà chauffée à blanc par la première partie électro assurée par Etienne de Crecy.

Un peu plus tard, le leader d'Indochine demandera au public de faire "une minute de bruit pour tous les soignants, les médecins, les chercheurs, pour tous les disparus" dans une ambiance surchauffée des grands soirs. De fait, durant une heure trente, Nicolas Sirkis et ses musiciens ont offert un concert de haute volée, avec déflagrations de décibels, écran géant et un tour de chant compilant 40 ans de carrière : de L'Aventurier à J'ai demandé à la Lune reprise en cœur par le public masqué. De purs moments de communion, notamment quand le leader d'Indochine, en grande forme vocale et physique quittera la scène pour chanter au plus près de ses fans, simplement séparé par la barrière de sécurité. Et de rappeler au passage les conséquences sociales et psychologiques de la crise sanitaire avant d'entamer son hymne contre l'intolérance College Boy. "Pendant tous ces confinements, le harcèlement sexuel, le harcèlement ...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles