Au concert test d'Indochine à Bercy, ces fans revivent à nouveau

·Clément Vaillant est journaliste vidéo au HuffPost
·2 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Reportage vidéo aux abords de l'AccorHotels Arena de Paris pour le concert test organisé dans le cadre de la lutte contre le Covid. Certains auraient payé pour être là.

CONCERT - Dès 17 heures, l’AccorHotels Arena de Paris a accueilli, ce samedi 29 mai, un concert test doublé d’une étude scientifique. Un événement millimétré et au protocole strict qui a permis aux fans de retrouver la vie d’avant.

“C’est simplement pour revivre et partager à nouveau, nous explique cet infirmier à l’hôpital Bichat. J’ai vécu le Covid, peut-être de façon plus intense, et j’avais envie de revivre et tout simplement célébrer la vie.”

Près de 5000 personnes ont pu assister à ce premier concert test organisé en France. Pour beaucoup, comme Léna, c’est un aperçu de la vie d’avant. ”Ça fait un an qu’on a pas eu de concert et moi ça me manque”, nous raconte-t-elle.

Une première partie électro a été assurée dès 17h30 par Étienne de Crécy, figure de la “French touch”, avant l’arrivée d’Indochine attendue une heure plus tard. Un groupe emblématique qui a convaincu ces volontaires. “C’est un groupe pour toutes les générations, j’aurai payé volontiers pour assister à ce concert”, souligne Morgane à l’entrée de Bercy, devenu un laboratoire géant.

Deux groupes pour une comparaison précise

Sur 20.000 volontaires, un groupe de 7500 a été sélectionné après un premier test antigénique négatif entre mercredi et vendredi. Parmi eux, 5000 personnes vont pouvoir danser sur Indochine, tandis que 2500 volontaires, le groupe “contrôle”, devront rester chez eux. Tous les participants sont invités à se soumettre à un test salivaire samedi, puis un autre sept jours plus tard. “...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

Ce contenu peut également vous intéresser :