Concert de Fally Ipupa à Kinshasa: deux jours après les incidents, le flou persiste

REUTERS - PAUL LORGERIE

Onze morts, dont deux policiers, à l'occasion du concert de Fally Ipupa samedi soir 29 octobre à Kinshasa, c'est le bilan officiel des débordements qui auraient eu lieu dans et autour du stade des Martyrs. Mais deux jours après les incidents, le flou persiste sur les circonstances, les responsabilités et le nombre même de ces décès.

Dès dimanche matin, le vice-ministre de l'Intérieur reconnaissait que 2 des 11 victimes étaient des policiers, dont un s'était blessé avec son arme. Daniel Asselo n'en incriminait pas moins l'organisateur du concert : il est activement recherché et « il doit être puni » parce qu'« il est allé au-delà de la capacité du stade », disait-il.

À lire aussi RDC: le concert tant attendu de Fally Ipupa a tourné au drame

Aujourd'hui, le manager de Fally, co-producteur et donc co-organisateur du spectacle avec l'artiste, affirme que ni les techniciens ni les équipes médicales n'ont constaté de bousculade dans le stade, et qu'il cherche en vain depuis 48h à rencontrer les familles des victimes à Kinshasa. « Nous avons vendu 80 000 places assises et 5000 débout », poursuit-il, sous entendant que la sur-jauge n'est pas du fait des organisateurs.

Une enquête demandée

La Voix des sans voix exige aujourd'hui une enquête sur le rôle de chaque protagoniste de ce drame, dit son secrétaire exécutif, Rostin Manketa Nkwahata.


Lire la suite sur RFI