Concert de Fally Ipupa à Kinshasa: police et organisateurs se rejettent les responsabilités

REUTERS - PAUL LORGERIE

Les autorités congolaises affirment toujours que neuf spectateurs et deux policiers sont morts, samedi 29 octobre, dans des bousculades lors du concert de Fally Ipupa au stade des Martyrs à Kinshasa. La justice a ouvert un dossier judiciaire contre les organisateurs. Les premiers actes de procédure ont été posés.

Avec notre correspondant à Kinshasa, Pascal Mulegwa

Une équipe d’enquêteurs s’est rendue au stade en début de semaine pour établir des procès-verbaux. La police assure avoir mobilisé 2 500 policiers pour maintenir l’ordre autour et à l’intérieur du stade de 80 000 places assises.

Selon le communiqué du chef de la police, c’est sans doute le trop plein de spectateurs – ils étaient plus de 120 000 – qui a provoqué le drame du 29 octobre au stade des Martyrs à Kinshasa, durant le concert de Fally Ipupa. Neuf spectateurs et deux policiers sont morts dans des bousculades.

Des bousculades ont été enregistrées « à la sortie et vers la fin du concert », avec pour conséquence des morts par étouffement. Le chef de la police de Kinshasa dit avoir ordonné l’interdiction d’accès au stade vers 18 heures car l’enceinte était déjà saturée. Il assure que, sans ordre, les dégâts enregistrés auraient été plus importants.

La police a dévoilé les identités des neuf spectateurs essentiellement morts par étouffement et celles des deux policiers décédés. Selon un communiqué de la police, l’un s’est suicidé, tandis que l’autre est mort à son domicile après un malaise.


Lire la suite sur RFI