Comptes de campagne: un proche de Jean-Luc Mélenchon entendu par un juge

J.C.
·2 min de lecture
Jean-Luc Mélenchon chef de file de La France insoumise le 9 juillet 2020 à Blagnac - GEORGES GOBET © 2019 AFP
Jean-Luc Mélenchon chef de file de La France insoumise le 9 juillet 2020 à Blagnac - GEORGES GOBET © 2019 AFP

Un proche de Jean-Luc Mélenchon, le conseiller d'Etat Bernard Pignerol, est entendu vendredi à Paris par le juge d'instruction en charge de l'enquête sur les comptes de sa campagne présidentielle de 2017, indique une source proche du dossier, confirmant une information de Médiapart. A l'issue de l'audition, le juge d'instruction peut décider de mettre Bernard Pignerol en examen ou de le placer sous le statut plus favorable de témoin assisté.

Bernard Pignerol, président de "l'Ere du Peuple", une association prestataire de la campagne, est le premier protagoniste de cette affaire à être convoqué par le magistrat du pôle financier. Ce dernier a repris les investigations fin 2018, après une perquisition houleuse du parquet au siège de La France Insoumise.

Signalement de la commission des comptes de campagne

L'affaire, vivement contestée par Jean-Luc Mélenchon et son parti, a démarré par un signalement à la justice le 16 mars 2018 de la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP). Celle-ci s'interrogeait sur des prestations possiblement surfacturées par "L'Ere du peuple" et par la société de conseil Mediascop, dirigée par Sophia Chikirou, proche du chef du parti.

Trois semaines après la perquisition mouvementée du 16 octobre 2018, le parquet avait ouvert le 8 novembre une information judiciaire, notamment pour "escroquerie et tentatives d'escroquerie", "abus de confiance", "tenue non conforme" des comptes de campagne et "prêt illicite de main-d'oeuvre". Depuis lors, l'instruction, ralentie par l'affaire de la perquisition, s'est attachée à décortiquer les dépenses de la campagne, en commençant par celles de "l'Ere du peuple", un centre de réflexion devenu prestataire de la campagne.

Un premier interrogatoire devant les policiers

En juillet 2019, les députés insoumis Mathilde Panot et Bastien Lachaud avaient été entendus en tant qu'ex-salariés de l'"Ere du Peuple" par les policiers de l'Office centrale de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF). Bernard Pignerol a été à son tour interrogé dans les locaux de l'office à Nanterre en juillet 2020, selon des sources proches du dossier.

"L'intégralité des éléments comptables de 2016 à 2019 (des valises de classeurs) ont été remis aux enquêteurs", avait indiqué cet automne l'entourage du camp Mélenchon, qui met en avant sa "collaboration totale".

Une seconde information judiciaire, ouverte à la même date que la première, cette fois pour "détournements de fonds publics", porte sur l’emploi d'assistants d'eurodéputés de La France insoumise.

Article original publié sur BFMTV.com