Le comptage des voix autorisé jusqu’à trois jours après le scrutin présidentiel en Pennsylvanie

·2 min de lecture

Cette décision de la Cour suprême marque une victoire pour les démocrates qui avait lancé une action en justice pour permettre de prolonger cette fameuse échéance.

La Cour suprême américaine a statué ce lundi 19 octobre et autorise finalement l’État de Pennsylvanie à compter les bulletins de vote reçus jusqu’à trois jours après la date du scrutin présidentiel, c’est-à-dire jusqu’au 6 novembre.

C’est grâce à un juge conservateur qu’une telle décision a été prise. Et pas le moindre puisqu’il s’agit de John Roberts qui n’est autre que le président de la Cour suprême et qui a décidé pour l’occasion de rejoindre les juges libéraux.

Avec quatre voix pour et quatre contre en l’absence d’un neuvième juge, suite au décès de Ruth Bader Ginsburg, la Cour suprême américaine a donc décidé de maintenir la décision d’un tribunal fédéral de Pennsylvanie. Ce dernier avait autorisé cet État à compter les bulletins de vote reçus jusqu’à trois jours après la date de l’élection présidentielle.

Un revers pour les conservateurs

Les républicains, qui avaient saisi la plus haute instance judiciaire du pays, estiment que cette décision viole la loi fédérale qui fixe le jour des élections le premier mardi du mois de novembre. Qui plus est, selon eux, cette extension viole également la Constitution.

Cette décision est donc un véritable revers pour les conservateurs. Elle pourrait d’ailleurs avoir un impact dans les autres États où une bataille judiciaire est en cours sur ce fameux thème du vote par correspondance.

À l’heure actuelle, près de 300 affaires liées aux élections sont en cours de traitement par la justice. Des poursuites liées pour la plupart à la problématique de voter en pleine période de pandémie.