Comptage des loups : comment l'État tente de regagner la confiance des éleveurs

·1 min de lecture

C’est une querelle de chiffres qui a failli virer à l’affrontement : en France, il y aurait beaucoup plus que 620 loups. C’est en tous cas ce que disent les éleveurs et les chasseurs, pour qui l’État sous-estime le nombre de loups. Alors pour apaiser les tensions, ils ont désormais le droit de repérer les traces de canidés pour les compter. Et ce dès cette semaine.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Grâce à leurs syndicats, chasseurs et éleveurs ont en effet obtenu d’identifier les excréments, poils et photographies de loups, afin d'estimer leur nombre en France. Un comptage jusqu’ici principalement effectué par l’Etat, comme l'explique Michèle Baudoin présidente de la Fédération nationale ovine. "On ne trouvait pas ça très normal d'observer de la présence de loups, nous les ruraux et les éleveurs, et de ne pas pouvoir comptabiliser ces éléments. C'est un évolution qui nous paraissait nécessaire et on est très intéressé de pouvoir participer à ce comptage", assure-t-elle.

Une gestion "même pas digne d'un État"

Cette collaboration est mise en place pour regagner la confiance des éleveurs, comme celle de Bernard Dinez, qui a perdu 40 brebis cette année en Savoie et ne décolère pas. "C'est une gestion catastrophique et même pas digne d'un Etat. C'est comme si tous les matins on pouvait mettre le feu à votre maison et que l'on vous disait 'ce n'est pas grave vous toucherez quelques sous'. C'est honteux."

LIRE AUSSI - Loup retrouvé en Loire-Atla...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles