Ce que le compromis sur l'assurance chômage trouvé entre patronat et syndicats va changer

Jade Toussay
Ce que le compromis entre patronat et syndicats sur l'assurance chômage va changer

ÉCONOMIE - Serait-ce la fin des échecs successifs sur l'assurance chômage? Ce mardi 28 mars, les négociateurs patronaux et les syndicats de travailleurs sont finalement parvenus à un accord sur l'assurance chômage, au cœur de discussions houleuses depuis début 2016.

D'un côté, les organisations patronales représentées par le Medef, la Confédération des Petites et Moyennes Entreprises (CPME) et de l'Union des Entreprises de Proximité (U2P). De l'autre, les syndicats CFDT, CFE-CGC, FO et CFTC. Sur la table, les contrats de travail courts, l'indemnisation des seniors et les règles de calcul des allocations.

Après quatre séances de négociations, entamées depuis le 7 mars dernier, un compromis a enfin été trouvé. Le timing était d'autant plus serré, que les deux parties espéraient trouver un accord avant la présidentielle. Et les changements sont multiples, pour les employeurs comme pour les chômeurs comme vous pouvez le voir dans la liste ci-dessous.

  • La hausse (légère et temporaire) des cotisations pour les employeurs

C'était l'une des raisons de l'échec des négociations en juin 2016. Le Medef, jusqu'à présent opposé à toute hausse du coût du travail, a finalement fait un petit geste en direction des syndicats et proposé une "contribution exceptionnelle temporaire" de 0,05 point, qui portera à 4,05% le taux de cotisations des entreprises à l'assurance chômage. Cette hausse, qui s'appliquera à tous les contrats sauf l'intérim, durera 36 mois maximum. Mais elle pourra être remise en cause chaque année.

Cette mesure doit rapporter, chaque année, environ 270 millions d'euros de recettes supplémentaires à l'assurance chômage.

  • La fin de la surcotisation patronale sur certains contrats courts

Instaurée le 1er juillet 2013, la surcotisation de certains contrats établissait la cotisation patronale à l'assurance chômage à 7% pour les CDD de moins d'un mois (contre 4% pour les autres) et à 5,5% pour les CDD de un à trois mois.

Le projet maintient seulement,...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post



En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages