«Je comprends ce combat mais je ne peux pas être féministe», assure Hélène de Fougerolles

© TF1

Féminisme, mouvement MeToo, Harvey Weinstein, polyamour… A l'occasion de la diffusion sur TF1 des premiers épisodes de la série "Les Disparus de la Forêt Noire", jeudi 5 janvier, Hélène de Fougerolles s'est confiée sans langue de bois à Europe 1. Interview.

Hélène de Fougerolles fait son grand retour sur le petit écran jeudi 5 janvier avec la diffusion sur TF1 des premiers épisodes de la mini-série Les Disparus de la Forêt Noire. L'actrice de 49 ans y incarne le rôle de Camille Hartmann, une juge d'instruction mise sur la touche après un accident de voiture. La découverte d'un charnier sur une base militaire franco-allemande va raviver en elle des souvenirs très troublants. Très vite, on comprend que cette affaire est liée à l'accident qui lui a fait perdre la mémoire un an plus tôt. Totalement déboussolée, Camille va tout faire pour découvrir la vérité, aux côtés d'Eric Maes, l'inspecteur franco-allemand en charge de l'affaire, interprété par Grégory Fitoussi.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Pour Europe 1, Hélène de Fougerolles s'est longuement confiée sur son rôle dans la série, son rapport au féminisme mais aussi sa rencontre avec le producteur Harvey Weinstein, condamné pour viol et agression sexuelle.

Il y a un propos féministe dans la série. Cela vous a-t-il séduit ?

Je dirais que ça a été un plus, qu'il y avait du fond. Ce n'était pas juste un polar avec des cadavres. Je ne suis pas féministe moi-même, je n'ai pas un combat à mener avec...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Hélène de Fougerolles : retour sur son histoire d'amour avec Antoine Arnault