TOUT COMPRENDRE - Voter blanc, qu'est-ce que ça veut dire exactement?

·4 min de lecture
Une personne glisse un bulletin de vote dans l'urne pour le premier tour de l'élection présidentielle à Paris le 10 avril.  - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Une personne glisse un bulletin de vote dans l'urne pour le premier tour de l'élection présidentielle à Paris le 10 avril. - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

À trois jours du second tour de la présidentielle, les scores des deux candidats à l'Élysée sont attendus, mais également le score d'une troisième voie, celle de l'abstention, c'est à dire les personnes qui n'iront pas voter. Entre les deux, on retrouve le vote blanc, soit le vote de personnes ayant fait la démarche d'aller voter, mais n'ayant choisi aucun candidat.

Au premier tour de cette élection, 1,12% des bulletins déposés ont été considérés comme blancs. En 2017, ce même chiffre était de 1,39% au premier tour, et de 6,35% au second.

• Quand un bulletin est-il considéré comme blanc?

Un vote est considéré comme blanc quand au dépouillement, les assesseurs retrouvent une enveloppe "vide ou contenant un bulletin dépourvu de tout nom de candidat (ou de toute indication dans le cas d’un référendum)", explique le site Vie Publique. "Ce type de vote indique une volonté de se démarquer du choix proposé par l’élection", en se déplaçant pour effectuer le geste citoyen du vote tout en montrant qu'aucun des candidats ne convient à l'électeur.

En revanche, il n'y a pas de bulletin blanc proposé dans les bureaux de vote, "c’est même interdit", note la plateforme du gouvernement, qui rappelle que "pour la présidentielle 2017, le Conseil constitutionnel a annulé les suffrages émis au second tour dans les communes où avaient été placés des bulletins blancs à côté des bulletins de vote des deux candidats".

Quelle différence avec le vote nul?

Un bulletin est considéré comme nul quand il comporte des mentions écrites, annotations, ou qu'il ne correspond pas au bulletin officiel. Il existe toute une liste de motifs permettant de déterminer si un bulletin est nul: ainsi, les bulletins écrits sur papier de couleur, "les bulletins et enveloppes sur lesquels les votants se sont fait connaître", les bulletins pour un candidat qui ne s'est pas officiellement présenté ou ceux portant des insultes et autre remarques font, entre autres, partie des votes considérés comme nuls.

"Il est parfois difficile d’interpréter le sens d’un vote nul. L’électeur n’a pas forcément souhaité que son vote soit nul (il a cru, par exemple, qu’une mention manuscrite ajoutée n’aurait aucune incidence)", explique la préfecture de l'Yonne. "Mais il arrive également que l’électeur ait volontairement déposé un bulletin nul pour manifester son opposition aux différents candidats et programmes présentés."

• Et avec l'abstention?

L'abstention est, dans un sens, plus simple à comprendre. Il s'agit tout simplement de personnes inscrites sur les listes électorales qui ne sont pas allées voter. Cela peut être par choix pour exprimer son désaccord avec l'élection en cours, ou bien pour témoigner d'un désintérêt de la vie publique. L'abstention est en hausse depuis plusieurs années: de 22,23% au premier tour de la présidentielle de 2017 elle est passée à 26,31% pour le premier tour de cette élection.

"L'augmentation tendancielle de l'abstention semble traduire une crise de la représentation et peut poser la question de la légitimité du pouvoir politique élu avec une faible participation", explique Vie Publique.

• Comment est comptabilisé le vote blanc?

Jusqu'à 2014, les votes blancs étaient comptabilisés avec les nuls dans les résultats finaux des votes. Au second tour de l'élection présidentielle de 2012, on retrouve ainsi 4,68% de votes blancs et nuls.

Mais depuis la loi du 21 février 2014, les votes blancs sont comptabilisés de manière séparée, pour différencier les deux démarches, car "l'électeur s’étant déplacé jusqu'à son bureau de vote, il exprime une volonté politique de participer au scrutin pour dire son refus de choisir entre les candidats en lice", note Vie Publique.

876450610001_6303054748001

En revanche, les votes blancs ne sont pas comptabilisés dans les suffrages exprimés, ce qui signifie qu'ils ne sont pas représentés comme une voie à part, comme une sorte de candidat, mais sont d'une certaine façon effacés des résultats finaux.

Ainsi, au premier tour de l'élection présidentielle 73,69% des inscrits ont voté, mais les votes blancs et nuls ont été retirés de l'équation, et l'on considère au final les suffrages exprimés avec seulement 72,07% des inscrits.

• Le vote blanc peut-il changer un résultat d'élection?

Régulièrement, des élus demandent à ce que le vote blanc soit comptabilisé. Le plus souvent la demande est qu'il compte parmi les suffrages exprimés. Au premier tour de cette élection, les votes blancs seraient arrivés dans les derniers, et avec 543.609 bulletins, se seraient placés entre Anne Hidalgo et Philippe Poutou.

Et, étant donné qu'il a été reconnu que le vote blanc est une démarche citoyenne pour participer à l'élection, que se passerait-il si, comme l'abstention, le vote blanc cumulait le plus de bulletins? A priori rien, pour le moment.

"Les seuils électoraux pour se maintenir au second tour ou pour atteindre la majorité absolue ne sont pas modifiés par la comptabilisation des votes blancs", note Vie Publique, ajoutant que "néanmoins, un nombre important de votes blancs peut avoir une signification politique."

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles