Comprendre l'univers des araignées et « parler » avec elles en sonifiant leurs toiles

Nathalie Mayer, Journaliste
·1 min de lecture

Il y a quelques années, des chercheurs proposaient de s’inspirer des toiles d’araignées pour imaginer des structures capables de nous isoler du bruit. En ce début de semaine, une équipe du Massachusetts Institute of Technology (MIT, États-Unis) a annoncé, à l’occasion du meeting de printemps de la Société américaine de chimie (ACS), avoir, au contraire, traduit la structure d’une toile d’araignée en rythmes et mélodies. Peut-être un moyen de pouvoir, à l’avenir, communiquer avec ces petites bêtes à huit pattes. Et plus prosaïquement, d’améliorer nos technologies d’impression 3D.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Car les araignées apparaissent comme des maîtresses en matière de construction 3D. Plus de 47.000 espèces différentes sont là pour témoigner de l’efficacité de leurs œuvres à les protéger et à leur servir de maison et de piège à proies. Réussir à comprendre comment les araignées bâtissent leurs toiles dans l’espace pourrait aider les ingénieurs à appréhender plus efficacement les techniques d’impression 3D.

Mais l’idée leur est surtout venue du fait que les araignées vivent dans des environnements de « cordes vibrantes ». « Les araignées ne voient pas très bien. Elles sentent le monde à travers les vibrations qui se produisent, par exemple, lorsqu’elles tirent un brin de soie pendant la construction de leur toile ou lorsqu’une mouche s’y retrouve piégée », explique Markus Buehler, chercheur au MIT, dans un communiqué de l’ACS.

Des images en coupe 2D — ici présentées dans différentes couleurs — ont été recombinées pour produire une image 3D d’une toile d’araignée et la traduire ensuite en musique. © Isabelle Su et Markus Buehler, Massachusetts Institute of Technology
Des images en coupe 2D — ici présentées dans différentes couleurs — ont été recombinées pour produire une image 3D d’une toile d’araignée et la traduire ensuite en musique. © Isabelle Su et Markus Buehler, Massachusetts Institute of Technology

Un nouvel exemple étonnant de sonification

Avec son équipe, il a scanné une toile d’araignée avec un laser pour en faire des coupes 2D. Puis un algorithme informatique...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura