TOUT COMPRENDRE - Charnier au Mali: pourquoi l'armée française accuse les mercenaires de Wagner

·5 min de lecture
Des images diffusées par l'État-major français des armées, montrent des soldats présentés comme membres de la milice Wagner mettre en scène un charnier au Mali - CEMA / BFMTV
Des images diffusées par l'État-major français des armées, montrent des soldats présentés comme membres de la milice Wagner mettre en scène un charnier au Mali - CEMA / BFMTV

876450610001_6304836502001

L'armée malienne a affirmé vendredi avoir découvert un charnier près de la base de Gossi, au nord du pays, que lui a restituée il y a quatre jours l'armée française. Quelques heures plus tôt, l'armée française accusait les mercenaires russes de Wagner de manipulation de l'information, après avoir filmé des soldats de type caucasien en train d'enterrer des corps près de la base en question.

Dans la vidéo de l'armée française prise par drone, on peut en effet voir des soldats s'affairer autour de cadavres qu'ils recouvrent de sable. D'après Paris, il s'agit d'une séquence manipulée pour accuser les Français d'avoir laissé un charnier derrière eux.

· Quand le charnier a-t-il été découvert?

Une vidéo a été diffusée jeudi par le compte Twitter d'un dénommé Dia Diarra, qui se proclame "ancien militaire" et "patriote malien". On y voit des cadavres floutés, à moitié ensevelis dans le sable, avec pour commentaire: "C'est ce que les Français ont laissé derrière eux quand ils ont quitté la base à Gossi (...) on peut pas garder le silence sur ça!"

Dès vendredi, l'armée française a répondu, en dévoilant une vidéo prise avec un drone, sur laquelle on peut voir des soldats autour de cadavres qu'ils recouvrent de sable, et qu'elle identifie comme des soldats du groupe Wagner. Dans une autre séquence, on voit deux de ces militaires filmer les corps à moitié ensevelis. Il est important de souligner que c'est la première fois que l'armée française diffuse dans un délai si court des images de drone militaire en vue de contrer une attaque informationnelle.

Quelques heures plus tard vendredi, c'est l'armée malienne qui a communiqué sur le sujet, en déclarant avoir découvert des cadavres près de la base de Gossi.

"Des dépouilles en état de putréfaction avancée ont été découvertes dans un charnier, non loin du camp anciennement occupé par la force Barkhane", écrit l'état-major général des armées maliennes dans un communiqué. "L'état de putréfaction avancée des corps indique que ce charnier existait bien avant la rétrocession. Par conséquent, la responsabilité de cet acte ne saurait nullement être imputée aux FAMa", les forces armées maliennes, selon le communiqué.

· Pourquoi la France soupçonne-t-elle Wagner?

Depuis plusieurs semaines la France alerte sur l'intervention au Mali du groupe de sécurité russe Wagner, dont la violence et les agissements, allant parfois à l'encontre du droit international, sont régulièrement condamnés. La France est "gravement préoccupée" par de possibles "exactions" commises au Mali par des soldats maliens "accompagnés de mercenaires" du groupe privé russe Wagner, indiquait le 4 avril le ministère français des Affaires étrangères français.

Ce mardi, l'état-major français avait également prévenu s'attendre à des attaques informationnelles à l'occasion de la rétrocession de la base de Gossi. Le colonel Pascal Ianni, avait précisé qu'un état des lieux "documenté" de la base avait été dressé, pour protéger la France d'éventuelles accusations. "Il y a plusieurs mois, les forces françaises ont été accusées de participer à des trafics (...), d'armer les terroristes voire de commettre des exactions", avait rappelé le colonel Ianni.

Au sujet du charnier de Gossi, l'armée française assure que "la comparaison des photos publiées sur Twitter et des images recueillies par le capteur spécialisé permet de faire un lien direct entre ce que font les mercenaires de Wagner et ce qui est faussement attribué aux militaires français". Ces "exactions témoignent des modes d'action mis en oeuvre par les mercenaires de Wagner, qui sont observés en Centrafrique depuis (son) déploiement et qui ont été dénoncés par de nombreuses organisations internationales et ONG".

Cette manipulation du groupe Wagner, "stratégiquement c'est absolument logique puisque c'est dans leur répertoire d'actions connues", déclare sur BFMTV François-Bernard Huyghe, directeur de recherche à l'Iris (Institut de relations internationales et stratégiques). "Les sociétés militaires privées ont aussi leur propre timing, leur propre autonomie, parfois elles ne sont pas aussi facile à maîtriser ou à contrôler que cela, mais tout le monde connait les liens [de Wagner, NDLR] avec le Kremlin", souligne Frédéric Charillon, professeur de relations internationales.

"S'il était avéré qu'il y a une manipulation, elle répond à une conjonction d'intérêt probablement au Mali, de certains acteurs maliens, de salir l'image de la France", déclare-t-il. Il y voit également un possible "intérêt stratégique pour d'autres puissances qui souhaitent prendre la place de la France et de son influence dans cette zone".

· Quelles relations entre le Mali et la France?

Dans son communiqué, l'état-major général des armées maliennes n'incrimine personne directement, mais les tensions entre la France et le Mali s'accumulent depuis plusieurs mois. La junte militaire au pouvoir est, entre autres, accusée par les Occidentaux d'avoir recours aux services de ce groupe russe Wagner. Bamako évoque de son côté de simples conseillers russes.

La France est militairement présente depuis 2013 au Mali, avec la force Barkhane, pour lutter contre les groupes terroristes locaux. Mais malgré des victoires tactiques, le terrain n'a jamais été véritablement repris par l'État malien et ses forces armées. Facteur aggravant, le gouvernement malien a été renversé lors d'un double coup d'État en 2020 et les autorités maliennes en place fustigent la présence militaire occidentale sur leur sol.

Paris a ainsi décidé en février son retrait militaire du Mali, dans un contexte sécuritaire dégradé et sur fond de tensions entre les deux pays.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles