Compostage humain : Washington est le premier État américain à le légaliser

Flo Corvisier Duchesne
Compostage humain : Washington est le premier État américain à le légaliser

La nature peut parfois faire peur en période de catastrophes naturelles, mais elle est également merveilleuse et étonnante, par exemple lorsque les déchets organiques sont décomposés et utilisés comme engrais pour d’autres tâches. Les sachets de thé et le marc de café sont utilisés sont fréquemment pour les composts faits maison. Et le corps des hommes ?

Désormais, dans l'État de Washington, il est devenu légal pour les personnes, au moment de leur décès, de devenir des composts humains. Ils pourront choisir de transformer leur corps en terre, un peu comme on peut choisir de faire don de son corps à la science ou de faire don de ses organes à ceux qui en ont besoin.

Cela résoudra de nombreux problèmes, tels que la question de l'espace où enterrer sa dépouille et cela ne prendra pas la place d'une sépulture. C'est aussi plus pratique que la crémation où les restes sont soit entreposés, soit simplement jetés.

Selon Katrina Spade, fondatrice d’une société capable de fournir de tels services et ayant également fait pression pour que la loi soit adoptée : "La recomposition offre une alternative naturelle à l’embaumement et à l’inhumation ou à la crémation, durable et entraînera des économies importantes en termes d'émissions de carbone et d'utilisation des sols."

Certes, ce n'est peut-être pas sentimental et peut-être un peu "dégoûtant", mais c'est assez logique. L'état de Washington n'est pas le premier à légaliser ce processus. D'autres pays tels que la Suède et le Royaume-Uni l'avaient déjà légalisé

Retrouvez cet article sur ubergizmo.fr