Le compositeur Tony Britten raconte la genèse de son hymne de la Ligue des Champions

·1 min de lecture

C'est un hymne qui a fait frissonner plus d'un joueur et plus d'un fan de football. Quand ses notes résonnent dans le stade, une atmosphère particulière s'installe, annonçant le début du spectacle. "Je dois dire que ça me rend très fier", lâche dans un sourire son compositeur, Tony Britten. "Il me semble que cet hymne fait partie intégrante de la Ligue des Champions, c'est un élément essentiel."

>> A LIRE AUSSIBayern, City, Porto... Quel tirage pour le PSG en quarts de la Ligue des champions ?

Inspiré d'un hymne de couronnement

En 1992, l'UEFA, Union des associations européennes de football, cherche une musique d'ouverture pour sa compétition phare, réunissant les meilleures équipes européennes. "L'UEFA voulait quelque chose de différent, un air classique", raconte le britannique. Comme modèle, il se voit suggérer l'œuvre de Haendel "Zadok le prêtre", un hymne cérémoniel, utilisé lors des couronnements en Angleterre. "C'était très utile de trouver un déclencheur", poursuit Tony Britten. "Je m'en suis inspiré. Il y a cet enchaînement qui monte progressivement que j'utilise, mais le reste est de moi."

Également chargé d'écrire les paroles, le Britannique choisit de dresser une liste de superlatifs - "les meilleurs, les maîtres, les champions" - qu'il fait traduire en français et en allemand. Mises bout à bout, ces traductions donnent une dimension épique à la musique tout en utilisant les trois langues officielles de l'UEFA. "Mes amis Français et Allemands me disent qu...


Lire la suite sur Europe1