Un nouveau complément alimentaire bientôt disponible pour lutter contre le surpoids

·2 min de lecture
La bactérie pasteurisée sera sous forme de gélule ou de comprimé

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a donné son feu vert pour la commercialisation de la bactérie Akkermansia muciniphila sous sa forme pasteurisée. Ce complément alimentaire est destiné à aider les personnes en surpoids.

C’est une nouveauté qui pourrait aider de nombreuses personnes à lutter contre le surpoids et ses conséquences sur la santé. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) vient de donner son accord pour commercialiser la bactérie Akkermansia muciniphila pasteurisée, rapporte le média belge L’Echo. Cette bactérie, naturellement présente dans le microbiote du tube digestif humain, agit dans la réduction de plusieurs facteurs de risques de maladies cardiovasculaires, mais aussi dans la limitation de la progression du pré-diabète de type 2 et la réduction du taux de cholestérol.

Des travaux dirigés par le professeur Patrice Cani, chercheur au Louvain Drug Research Institute de l’UCLouvain, publiés dans Nature Medicine, ont notamment montré que la bactérie utilisée sous sa forme pasteurisée, à 70 degrés pendant 30 minutes, offre une meilleure protection encore que la bactérie vivante, en plus d’autres avantages comme le fait d’être plus stable et plus facile à mettre en œuvre.

Un complément alimentaire disponible au second semestre 2022 ?

Avec l’autorisation de l’EFSA, Akkermansia devrait donc débarquer sur les marchés dès l’année prochaine « sous forme de gélule ou de comprimé », précise le Pr Cani. La société A-Mansia, créée en 2016 en collaboration avec l’Université de Waegeningen, aux Pays-Bas, en charge de sa production, ajoute que "la Belgique sera sans aucun doute un des premiers pays à en bénéficier" avant d’arriver sur d’autres étals européens au second semestre 2022. Une demande d’autorisation a également été déposée aux États-Unis.

Une enquête de la Ligue contre l’obésité, dont les résultats ont été publiés à la fin du mois de juin 2021, montre qu’environ 8,5 millions d’adultes en France (17 %) ont un indice de masse corporelle (IMC, un indicateur de corpulence) supérieur à 30 – au-delà duquel on parle d’obésité –, contre 15 % en 2012. Au total, près d’un Français sur deux (47 %) est soit en surpoids, soit en situation d’obésité. L’Organisation mondiale de la santé n’hésite pas à qualifier le phénomène d’« épidémie », tant sa progression à l’échelle mondiale est fulgurante.

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles