"Comparution immédiate, une loterie nationale" : parfois absurdes, misérables ou violents, les flagrants délits s'invitent sur les planches

Anne Chépeau

La journaliste Dominique Simonnot a retranscrit mot pour mot les échanges auxquels elle a assisté lors de comparutions immédiates. "L'idée, indique-t-elle, c'est de montrer ce qu'est cette justice et j'espère que les gens ne penseront pas que c'est exagéré parce que c'est le théâtre. Parce que c'est comme ça."

De Paris à Nancy, en passant par Bobigny


Le spectacle débute au tribunal de Versailles. Marius, un Moldave âgé de 30 ans, comparaît pour avoir démonté les garde-corps du toit d'un immeuble. Un vol qui lui vaut quatorze mois de prison ferme... Pendant 1h15, les affaires de vol ou de violences s'enchaînent, de Paris à Bordeaux, en passant par Bobigny, Lille ou Nancy. "Je vais toutes les semaines dans les tribunaux, explique Dominique Simonnot. Alors forcément, je suis confrontée à l'actualité. Et là, les 'gilets jaunes', ça me semblait très important qu'on en parle parce qu'on prend en pleine figure comment vit un type avec moins de 1 000 euros par mois…"

Tous ceux que j'ai vus dans le box à Bordeaux, à Rouen, à Paris, à Lille, vraiment, vivaient mal. Ils ne gagnaient pas de quoi vivre. Donc, je trouve que ça aide à comprendre le mouvement.

Dominique Simmonot

à franceinfo

Pour incarner les différents protagonistes de ces (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi