La compagnie Circo Zoé pose son chapiteau à la Seyne-sur-Mer pour créer son nouveau spectacle

Baptisé Interlude, ce spectacle en création est le fruit d’un an sans scène, un an sans se voir pour les membres de la compagnie franco-italienne. Un spectacle inspiré par la pandémie de Covid-19, les restrictions mises en place et les émotions des circassiens nées durant cette période inédite : "Tout à coup, on s’est arrêtés et on s’est retrouvés sans le collectif, sans le spectacle, sans le public, seuls avec nous-mêmes. Et cela nous a amené dans des zones d’inconfort. On s’est dit 'pourquoi ne pas aller les explorer pour la scène, pour la piste'", témoigne Simone Benedetti de Circo Zoé. Se réinventer Des zones d’inconfort qui ont poussé les circassiens à changer également leurs outils de travail et à tester et inventer de nouveaux matériels sur scène, comme ce grand filet en corde qui a remplacé le traditionnel trapèze : "Ce filet, pour moi c’est un parcours. Chaque fois, c’est un chemin improvisé et du coup, j’ai besoin de me raconter mon histoire pour trouver mon parcours à l’intérieur de cet agrès", explique l’acrobate Chiara Sicoli. La troupe a posé son chapiteau à la Seyne-sur-Mer jusqu’au mois de novembre. C’est ici qu’aura lieu, si tout va bien, la première représentation d’Interlude avant d’entamer une grande tournée des deux côtés des Alpes.