Comores: les délestages quotidiens en électricité exaspèrent la population

·2 min de lecture

Aux Comores, où les délestages en électricité quotidiens durent 10 à 12 h depuis une dizaine de jours, le nouveau directeur général de la Société nationale d’électricité a tenu hier une conférence de presse pour expliquer les raisons techniques de ce délestage, liées aux groupes électrogènes et rassurer quant à l’avenir de l’énergie dans le pays. Au même moment, un rassemblement avait lieu dans la capitale pour protester contre ces coupures d’eau et d’électricité. Il a immédiatement été dispersé, sans violence, ni arrestations, par les forces de l’ordre.

Avec notre correspondante à Moroni, Anziza M’Changama

Anticiper les commandes de la Sonelec sera la clé pour éviter les solutions d’urgence trop chères et souvent inadéquates, indique Mohamed Djounaid Soilihi, le nouveau directeur général : « Peut-être achète-t-on dans la précipitation, des pièces de rechange qui ne sont pas forcément adaptées ou bien recommandées par le constructeur et donc, ça perd toute la qualité. Il y a des pannes de groupes dans les centrales,, donc,, j’ai donné une feuille de route pour les trois prochains mois pour restaurer et réviser tous les groupes, quatorze au total. L’objectif c’est d’aller vers une fourniture d’électricité 24h sur 24h. C’est progressif. »

Manifestation dispersée

Une quinzaine de femmes de la société civile ont été dispersées par de nombreux policiers embarrassés face à des mamans qui voulaient protester contre les délestages. Mme Amina Abbas : « Mais ces femmes qu’est-ce qu’elles vont faire ? On ne va quand même pas descendre le pouvoir qui est en place, ils ont peur de quoi ? En 2016, lorsque le président Azali est arrivé au pouvoir, ils ont acheté des groupes afin que l’électricité puisse être partout dans toutes les îles. Mais force est de constater que la situation en ce moment a empiré. Nous n’avons plus d’électricité, plus d’eau. On a vu que ce matin on a de l’électricité ce qui signifie que le fait même de dire que nous allons manifester, les a fait bouger. Et c’est ce que nous voulons. »

Première journée avec courant

La Sonelec réfute que cette première journée depuis longtemps avec du courant dans la capitale soit liée à l’action du groupe Adrikni.