"On communique le moins possible" : comment les salles qui accueillent Bertrand Cantat font face à la pression

Raphaël Godet, franceinfo
Après l'annulation de la tournée d'été de l'ancien chanteur de Noir Désir, des directeurs de salles expliquent pourquoi ils ont décidé d'annuler, ou au contraire de maintenir, les concerts de Bertrand Cantat, condamné pour le meurtre de Marie Trintignant en 2003.

"A quatre jours [de l'événement], ça fait ch..." Au bout du fil, Jean-Marc Pailhole est amer. Le directeur artistique de L'Usine à Istres (Bouches-du-Rhône) a appris, lundi 12 mars, que le concert de Bertrand Cantat, prévu vendredi, était annulé. Décision du conseil d'administration, composé essentiellement de responsables politiques locaux. "Le concert était programmé depuis novembre, pourquoi l'annuler si tard ? s'interroge Jean-Marc Pailhole, persuadé que "les élus ont cédé face à l'ambiance actuelle" : "Il y a un public qui réclame Bertrand Cantat, c'est dommage de l'en priver." Un millier de personnes avaient prévu de venir applaudir l'ancien chanteur de Noir Desir ce soir-là. Elles seront remboursées, et la salle restera fermée.

Quelques heures plus tôt, c'est Bertrand Cantat lui-même qui annonçait renoncer à une dizaine de concerts programmés cet été dans le cadre de festivals. Dans un communiqué, il explique vouloir "mettre fin à toutes les polémiques" et "faire cesser les pressions sur les organisateurs". Il maintient en revanche toutes les dates de sa propre tournée entamée le 1er mars à La Rochelle. Il donnera ses dernières représentations à l'Olympia, à Paris, les 29 et 30 mai.


Pétition et pression des mécènes

Le chanteur, condamné à huit ans de prison pour avoir tué sa compagne Marie Trintignant en 2003, est depuis plusieurs semaines la cible de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi