Une commune ravagée par la sécheresse n'est toujours pas reconnue en état de catastrophe naturelle

L'Oeil du 20 heures
·1 min de lecture

Henri et Francette Riby habitent Cour-Cheverny, dans le Loir-et-Cher. Une commune qui officiellement n’est pas en état de catastrophe naturelle.Difficile à comprendre quand on voit leur maison fendue par la sécheresse.

Des fissures béantes, larges de 4 centimètres à certains endroits, laissent passer la lumière du jour dans leur salon. Il y a deux ans, leur terrasse s'est même affaissée de 12 centimètres du jour au lendemain : "Quand on est revenus de vacances en 2018, cela nous a fait l’impression d’avoir une marche alors qu’avant on était de plein pied", confie Francette Riby, qui habite depuis 40 ans dans la commune.

Impossible pour le couple de faire jouer les assurances tant que la commune n’est pas déclarée en état de catastrophe naturelle. Des maisons fissurées comme la leur, il y en 251 dans ce bourg de 2800 habitants. Depuis 5 ans, le maire de Cour-Cheverny, François Croissandeau, demande sans succès l’état de catastrophe naturelle : "Que ce soit au niveau de l’Etat, de la Préfecture ou autre, ils nous disent clairement que les dégâts "ça ne nous intéresse pas, nous on ne tient simplement compte que des données". Personne n’est venu voir d’ailleurs les catastrophes chez les gens et dans quel état ils se trouvent.

Les données dont parle François Croissandeau, c’est le taux d’humitidé du sol. Étonnamment, il n’y a que 28 stations de Météo France qui le mesurent sur tout le territoire. La plus proche de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi