Le "CommonPass", ce passeport sanitaire qui veut protéger nos données de santé

·2 min de lecture

Créé par une organisation à but non lucratif, le "CommonPass" ambitionne de jouer le rôle d'intermédiaire entre les compagnies aériennes du monde entier et les voyageurs, en protégeant les données de santé de ces derniers. Une manière de permettre la reprise du tourisme après la crise du Covid-19 ?

Comment permettre la reprise des activités en communs et des voyages lorsque se profilera enfin la sortie de crise du Covid-19 ? Dans le monde, quelques initiatives de passeport vaccinal ont déjà vu le jour, en Israël et à New York, par exemple. Mais d’autres projets, comme le CommonPass, ont des ambitions mondiales. Et ce dernier n'a pas été mis en place par un gouvernement ou une entreprise, mais par… une organisation à but non lucratif.

>> Retrouvez Europe matin week-end en podcast et en replay ici

Servir d'intermédiaire entre les voyageurs et les compagnies

"Les individus doivent avoir un contrôle absolu sur leurs données de santé", explique Paul Meyer, directeur de ce projet. "Il ne doit pas y avoir de base de données centralisée." Le CommonPass utilise ainsi des logiciels libre, donc non-commerciaux. L’idée est de servir d’intermédiaire entre, par exemple, un voyageur et une compagnie aérienne.

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation dimanche 11 avril

"On vérifie si le résultat de votre test ou de votre vaccination respecte les règles. Et ça fonctionne avec un système de feu vert/feu rouge. Si c’est vert c’est ok, vous pouvez voyager. Si c’est rouge, c'est non. Cela veut dire que la seule information communiquée par exemple à la compagnie aérienne, c’est la couleur du feu", poursuit le responsable. 

L'ambition d'un projet international

Aujourd’hui, le Common Pass est déjà utilisé par une dizaine de compagnies aériennes, comme la Lufth...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :