La Commission propose d'accélérer les expulsions de migrants

par Robin Emmott
·2 min de lecture
LA COMMISSION PROPOSE D'ACCÉLÉRER LES EXPULSIONS DE MIGRANTS

par Robin Emmott

BRUXELLES (Reuters) - La Commission européenne a proposé d'accélérer les expulsions des migrants ne remplissant pas les conditions de demande d'asile, selon un document envoyé mercredi aux Vingt-Sept qui envisage une "application efficace" des décisions d'éloignement.

Datée de mardi, la proposition, qui a été rendue publique, indique que, dans le cas d'expulsions volontaires, l'Union soutiendrait la réintégration des migrants dans leur pays d'origine.

Celle-ci espère encourager davantage d'entre eux à faire le voyage de retour et par ailleurs convaincre les gouvernements de l'UE d'ouvrir plus de voies légales aux personnes ayant obtenu l'asile, en plus de leur fournir un accès aux écoles, aux soins de santé, au logement et à l'emploi.

L'exécutif européen pourrait également infliger des amendes aux gouvernements du bloc qui ne respectent pas les nouvelles règles d'expulsion proposées.

La proposition de douze pages fait partie d'un plan plus large de réforme de la politique migratoire lancé par la Commission en septembre dernier, cinq ans après la crise qui a vu les Européens se déchirer.

En 2015, plus d'un million de personnes, poussées notamment à l'exode par les conflits en Syrie ou en Afghanistan, avaient frappé aux portes de l'UE. Aujourd'hui, le bloc accueille chaque année jusqu'à 1,5 million d'étrangers venant vivre et travailler légalement en Europe. Seulement 140.000 demandeurs d'asile arrivent par des filières clandestines.

Si la proposition souligne l'impossibilité pour l'UE d'accueillir tous les migrants aux frontières, la Commission note également que la pandémie de coronavirus a compliqué le renvoi de personnes dans leur pays d'origine.

"Même si les restrictions de voyage restent en place dans le monde entier, les demandes d'asile et les procédures de retour doivent se poursuivre", a déclaré l'exécutif européen.

Après des années à se focaliser sur l'adoption d'un système de relocalisation pour héberger les demandeurs d'asile à travers le bloc, la Commission met désormais l'accent sur les expulsions afin de montrer aux gouvernements de l'UE que seuls ceux qui ont besoin d'aide pourraient en bénéficier, avec le soutien des États.

"Les retours volontaires combinés à des stratégies de réintégration efficaces augmentent les taux d'acceptation et de réussite de ces opérations", précise le document.

(Version française Juliette Portala, édité par Jean-Michel Bélot)