La Commission inceste réclame des moyens aux pouvoirs publics

Le coprésident de la Commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise), Edouard Durand, le 16 février 2022 à Paris  - JULIEN DE ROSA © 2019 AFP
Le coprésident de la Commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise), Edouard Durand, le 16 février 2022 à Paris - JULIEN DE ROSA © 2019 AFP

La Commission inceste, qui dressera mercredi un bilan des témoignages qu'elle a recueillis depuis un an, entend profiter du débat budgétaire pour demander plusieurs mesures aux pouvoirs publics, notamment le remboursement des soins en psychotrauma des victimes.

"Les débats sur le vote du budget 2023 vont s'ouvrir, c'est le moment de mettre en avant cinq de nos préconisations", explique dans une interview au Journal du dimanche le juge Edouard Durand, coprésident de la Commission indépendante sur l'inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise).

Pour commencer, "tous les professionnels au contact des enfants doivent être formés. Ils sont le point de départ de la chaîne de protection", détaille-t-il. Une mesure qui doit être accompagnée de la création d'une "cellule pluridisciplinaire de soutien" à ces professionnels, qui leur "fournira une réponse cohérente" car "l'exposition à la souffrance des autres peut générer un stress intense, voire un traumatisme".

"Construire un parcours de soins"

Constatant que "ces violences ont des impacts somatiques, psychiques, sur la vie sociale et intime, tout au long de la vie", le juge Durand estime qu'il faut dispenser partout "des soins spécialisés en psychotrauma". "Nous voulons construire un parcours de soins pris en charge par l'État", insiste-t-il.

Les deux dernières mesures consistent à renforcer les moyens de lutte contre la cybercriminalité et lancer une campagne nationale d'information.

La Ciivise publiera mercredi un rapport comportant des préconisations, un an après son premier appel à témoignages de victimes d'inceste et de violences sexuelles pendant l'enfance. Depuis le 21 septembre 2021, elle en a recueilli 16.414, indique le juge Durand.

Article original publié sur BFMTV.com