Commission des finances : Rousseau appelle Coquerel à se « mettre en retrait », Quatennens opposé

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© Thomas Hubert/SIPA
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

La Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) est divisée sur le cas d’Éric Coquerel, depuis que ce dernier fait l’objet d’une enquête pour « harcèlement et agression sexuels » , ouverte par le parquet de Paris il y a deux jours. Le député de La France insoumise (LFI) est depuis peu à la tête de la présidence de la commission des Finances à l’Assemblée nationale, mais son maintien à cette place est déjà discuté. Sandrine Rousseau souhaite le retrait temporaire d’Éric Coquerel de la présidence de la commission des Finances.

Lire aussi - Éric Coquerel : 5 choses à savoir sur le nouveau président de la commission des Finances de l’Assemblée

Sandrine Rousseau demande un retrait « le temps de l’enquête »

Invitée dans les 4 Vérités sur France 2, ce vendredi, la députée de Paris Europe Écologie-les Verts, élue sous l’étiquette Nupes lors des élections législatives, a estimé qu’Éric Coquerel ne devrait plus « présider les séances de la commission des Finances, le temps de l’enquête ». Et ce, dans le but que « la police puisse faire son travail de manière sereine ».

Celle qui se décrit comme éco-féministe a précisé qu’elle n’appelait toutefois pas son collègue « à démissionner » : « Une fois cette enquête réalisée, il pourra reprendre son poste s'il n'y a rien. S'il y a une mise en examen ou une procédure judiciaire, alors il faudra qu'il démissionne. » Sandrine Rousseau a rappelé sur France 2 : « C’est ce que j'avais demandé pour les ministres concernés par des faits bi...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles