La commission des Finances, le nerf de la guerre

Qui prendra la tête de la commission des Finances ?
Qui prendra la tête de la commission des Finances ?

C'est Éric Woerth, qui a occupé la fonction pendant cinq ans en tant que membre de l'opposition (LR), avant de rejoindre Emmanuel Macron, qui le dit  : la présidence de la commission des Finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire de l'Assemblée nationale «  est une tribune politique formidable  ». Il faut dire que c'est, avec la commission des Lois, la plus puissante du Palais-Bourbon, celle qui examine les textes budgétaires. Selon le règlement de la Chambre, ne peut être élu à sa tête qu'«  un député appartenant à un groupe s'étant déclaré d'opposition  ». Une sacrée pierre dans le jardin d'Ensemble  ! et de sa majorité très relative au moment où les taux d'intérêt sur la dette française remontent à vitesse grand V.

La tradition veut que la majorité parlementaire ne se mêle pas du vote pour l'élection du président. Premier groupe d'opposition, le RN pourrait donc s'emparer de ce poste, à moins que les groupes qui composent la Nupes ne s'entendent sur un nom. L'enjeu est loin d'être anecdotique. Le président de la puissante commission décide du sort des amendements déposés au titre de l'examen de la recevabilité financière. «  Une mauvaise utilisation de ce pouvoir de recevabilité, par exemple s'il est employé à des fins politiques, peut contribuer à semer la zizanie  », souligne Éric Woerth.

Fuite

Le président de la commission détient un pouvoir de contrôle «  sur place et sur pièces  » : il peut débarquer dans une administration, une entrep [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles