La Commission européenne veut interdire les importations de produits issus de la déforestation

·2 min de lecture

Lors de la COP26, plus de 100 pays abritant 85 % des forêts mondiales se sont engagés à enrayer la déforestation d’ici 2030. Mais la préservation de la forêt n’est pas que l’affaire du Brésil ou du Canada ou du bassin du Congo, qui accueillent les plus grandes forêts. Car la déforestation dépend en grande partie des importations des pays riches. Le petit café du matin, le steak de bœuf à midi ou le carré de chocolat que vous mangez contribuent en grande partie à cette déforestation. En 2018, le WWF avait ainsi calculé que chaque Français provoque la disparition de 352 mètres carrés de forêt à l’autre bout du monde, via la déforestation due à l’agriculture. « Cela signifie qu'en 50 ans, nous avons potentiellement déforesté une surface équivalente à la superficie de la France métropolitaine », met en avant le WWF. Au total, l’Union européenne est à l’origine de 16 % de la déforestation liée au commerce mondial, soit la deuxième place derrière la Chine mais devant l’Inde et les États-Unis. Pas très glorieux quand on veut être un exemple en matière d’environnement pour le reste du monde.

Traquer la déforestation via les satellites

Le 17 novembre, la Commission européenne a donc présenté un projet de règlement promettant de mettre fin à cette hypocrisie. Objectif : ne plus trouver sur le marché européen un produit ayant contribué directement ou indirectement à la déforestation. Selon Bruxelles, le projet entraînera ainsi une réduction d’au moins 31,9 millions de tonnes d’émissions carbone par an. Le projet concerne le bœuf, le bois, l’huile de palme, le soja, le café et le cacao, qui devront tous être garantis « zéro déforestation » grâce à un...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles