Commission européenne : Thierry Breton va devoir convaincre jeudi

Nouveau candidat, même procédure. Un mois après le rejet de la candidature française de Sylvie Goulard à la Commission européenne, Thierry Breton, proposé au très large portefeuille du Marché intérieur, de l'Industrie, du Numérique, de la Défense et de l'Espace, doit défendre son dossier jeudi devant les députés européens. Ces détracteurs lui poseront la même question qu'à Sylvie Goulard : ses anciennes activités (après avoir dirigé Thomson et France Télécom, il a été PDG d'Atos pendant 11 ans) peuvent-elles créer des conflits d'intérêts?

Mardi, l'ex-ministre de l'Economie a franchi de justesse une première étape : la commission des affaires juridiques du Parlement européen a estimé à 12 voix contre 11 que sa déclaration d'intérêt ne nécessitait pas d'audition supplémentaire.

La promesse de Thierry Breton 

Jeudi, ce sera son grand oral. Selon une source parlementaire proche du candidat, "Thierry Breton a choisi de vendre toutes ses actions, notamment celles du groupe Atos [dont il a été le PDG jusqu'au 31 octobre], et a promis de se récuser de toute décision qui toucherait de près ou de loin à ses activités industrielles passées".

Selon cette même source, le soutien des Verts sera déterminant mais pas sûr que le PPE soit unanime dans la mesure où "l'Allemand Manfred Weber ne semble pas avoir tourné la page" dans son hostilité au deal Macron-Merkel en faveur d'Ursula von der Leyen, propulsée par Paris et Berlin à la présidence de la Commission européenne.

...
Lire la suite sur LeJDD