Commerces ouverts, fermés, essentiels, pas essentiels… : la cacophonie du gouvernement

·1 min de lecture

Depuis l'annonce d'un nouveau confinement par Jean Castex, les déclarations des ministres quant à la liste des commerces ouverts ou fermés laissent l'impression d'une improvisation géante. Dernier exemple en date ce lundi 22 mars avec le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire.

Avez-vous le laisser passer A38 ? S'ils s'en tenaient aux déclarations des membres du gouvernement depuis l'annonce d'un nouveau confinement par Jean Castex jeudi dernier, les commerçants pourraient se prendre pour le fameux chat de Schrödinger, à la fois mort et vivant. Eux sont à la fois ouverts et fermés. L'intervention sur RTL du ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, ce lundi 22 mars, n'a rien fait pour dissiper la confusion ambiante. 💬 #Confinement3 : "Je refuse cette distinction entre commerces essentiels et non-essentiels... tout est essentiel", @BrunoLeMaire dans #RTLMatin avec Yves Calvi pic.twitter.com/0AQuaOduFh— RTL France (@RTLFrance) March 22, 2021 "Je redis que je ne crois pas à cette distinction entre commerces essentiels ou non-essentiels", a expliqué le ministre, afin de ne pas froisser l'ego de ceux qu'une telle qualification pourrait offenser. Et le ministre d'ajouter, avec le lyrisme qui le caractérise : "Pour moi tous les commerces sont essentiels : de la vente de chaussures à la galerie en passant par le boulanger, c'est tout simplement la vie, le commerce, et tout dans la vie est essentiel. Je refuse cette distinction et je vous dis que les galeries...

Lire la suite sur Marianne

A lire aussi

Couvre-feu : quel impact sur la fréquentation des commerces ?

Au village de Roybon, mystères et soupçons après le saccage de commerces par des "individus vêtus de noir"

Ski, commerces, offices religieux : mais comment nous ont-ils pondu ces mesures ?

Commerces, aides aux entreprises, lieux de culte : ce que prévoit le gouvernement pour sortir du confinement

Commerces en danger, télétravail… Le Covid-19, coup de grâce pour les centres-villes dévitalisés ?