Commerces non alimentaires : Robert Ménard et Louis Aliot déboutés par la justice

Par Benjamin Téoule
·1 min de lecture
L’empoignade entre Robert Ménard et Louis Aliot, d'un côté, et l’État, de l'autre, sur l’ouverture des commerces non alimentaires tourne à la défaveur des élus locaux.
L’empoignade entre Robert Ménard et Louis Aliot, d'un côté, et l’État, de l'autre, sur l’ouverture des commerces non alimentaires tourne à la défaveur des élus locaux.

Le tribunal administratif de Montpellier a tranché. L'empoignade entre les maires et l'État sur l'ouverture des commerces non alimentaires a tourné à la défaveur des élus locaux. Les municipalités de Béziers, Perpignan, Carcassonne, Claira et Pia ont donc été déboutées.

Mardi 3 novembre, les premiers arrêtés ont été examinés. La ville de Béziers avait ouvert la séance. Il l'avait prévenu, Robert Ménard a assuré sa propre défense. De son côté, le préfet de l'Hérault, Jacques Witkowski, à l'origine de la procédure en référé, a souhaité également porter le dossier en personne. Le haut fonctionnaire a construit son propos sur des éléments juridiques et rappelé la gravité du contexte sanitaire. « À Béziers, la propagation de l'épidémie est plus forte que dans tout le département », a-t-il expliqué. Le représentant de l'État s'est ainsi lancé dans une diatribe contre Robert Ménard et sa « mauvaise foi », ainsi que ses tentatives d'« instrumentalisation » du droit. Il a tout simplement dénoncé « un abus de pouvoir ». Un véritable combat de chefs. Les deux hommes se sont renvoyé, à leur façon, les notions de « bon sens » et de « cohérence ». Pour plaider sa cause, le maire de Béziers a rappelé inlassablement les arguments qu'il déploie depuis la fin de semaine dernière : « Nous ne sommes pas plus en sécurité dans nos grandes surfaces que dans nos petits commerces, c'est une mesure déloyale. » Une rhétorique à laquelle la justice est finalement restée insensible.

« J [...] Lire la suite