Commerce : le mirage chinois pour la filière laitière

Des dizaines de milliers d'euros ont été investis dans la construction d'usines pour alimenter le marché chinois du lait. Cinq ans après, le rêve de la filière français a viré au cauchemar. Depuis bientôt trois ans, les lignes de productions de cette usine située à Méautis (Manche) sont à l'arrêt. La production s'arrête au bout d'un an alors que 120 millions d'euros ont été investis par la coopérative normande pour la fabrication de briques de lait à destination du marché asiatique et commercialisés par une marque chinoise, Synutra. Les maîtres laitiers réclament 150 millions d'euros d'indemnités À l'été 2018, Synutra rompt le contrat en invoquant un défaut de qualité. Les lignes s'arrêtent, la coopérative n'a plus personne à qui vendre les briquettes. Les maîtres laitiers ont porté plainte et réclament 150 millions d'euros d'indemnités en plus du paiement d'une ardoise de 30 millions. Synutra a accumulé les dettes vis-à-vis des éleveurs et de leur coopérative Sodiaal.