Commerce en ligne : plus d’un produit sur quatre est dangereux

·1 min de lecture
Selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, 63 % des produits vendus en ligne sont non conformes.

Selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, 63 % des produits vendus en ligne sont non conformes.

Covid-19 oblige, le commerce en ligne a explosé tous les records ces derniers temps. En 2020, rapporte le ministère de l'Économie, le chiffre d'affaires total du secteur a atteint 112 milliards d'euros. Un succès insolent, mais qui ne parvient pas à faire oublier la qualité parfois toute relative des marchandises qui s'échangent via Internet. Ainsi, selon la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), la majorité des produits analysés par ses services seraient non conformes, voire dangereux.

L'organisme public s'est penché sur le cas de 450 produits, mis en vente entre 2018 et 2020. Et ses conclusions sont alarmantes : au total, 63 % des produits analysés sont non conformes aux différentes normes commerciales ou de sécurité. Et parmi ces produits défaillants, plus d'un quart (28 %) serait même à considérer comme dangereux !

À LIRE AUSSIContenus illicites en ligne : les Gafam font reculer la régulation

Tous les sites concernés

Selon 20 Minutes, presque tous les types de produits sont concernés, même si certains sont plus dangereux que d'autres : les jouets pour enfants, les articles de puériculture, les objets électriques, les bijoux, les détecteurs de fumée, les produits cosmétiques, etc. Ainsi, près de 87 % des adaptateurs et 66 % des guirlandes électriques présenteraient de sérieux risques de court-circuit, voire d'incendie. Les bijoux « fantaisie » sont également pointés du doigt par la DGCCRF, 74 % d'e [...] Lire la suite

VIDÉO - Méga-amende pour Amazon en Italie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles