Le commerce florissant des os de lion en Afrique du Sud

Jacques Deveaux

L’élevage de lions ne répond à aucun objectif de conservation. On élève les lions comme on élève les faisans, pour la chasse. Selon des chiffres de la fondation britannique Born Free, pas moins de 8000 lions vivent dans 200 élevages en Afrique du Sud (ils sont moins de 3000 à l’état sauvage). Bébés, on les retire rapidement de leur mère pour en faire des peluches vivantes pour les touristes.

Puis l’âge avançant, ils vont servir de cible pour une "chasse en boîte", entendez à l’affût dans un parc réservé à cela. Cette chasse est totalement légale. Il en coûtera 22 000 dollars au chasseur fortuné pour le "package" mâle-femelle, annonce sur son site Tinashe, une entreprise spécialisée.

Un quota de 800 squelettes

L’Afrique du Sud est ainsi devenue le champion de l’exportation de trophées. 7500 lions exportés en 10 ans, selon les chiffres officiels de 2013. En 2017, les pouvoirs publics ont fixé un quota annuel d’exportation de 800 squelettes de lions issus des élevages, officialisant ainsi une pratique apparue en 2008. Un quota atteint en quelques semaines.

Le squelette entier, parfois avec la tête, ou simplement un assortiment d’os, sont vendu au kilo et exportés vers les marchés de médecine traditionnelle. Selon sa taille, le squelette se négocie, selon le fermier, de 1200 dollars à plus de 2000 dollars avec la tête. Le prix va atteindre les 15 (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi