Pour les commerçants, reporter le "Black Friday" serait "très complexe"

·1 min de lecture

Le "Black Friday" sera-t-il repoussé ? C'est en tout cas ce que souhaite Bruno Le Maire. Sur fond de fronde des commerces "non-essentiels", toujours fermés à cause du reconfinement, le ministre de l'Économie et des Finances a enjoint mercredi les distributeurs à repousser cette opération promotionnelle prévue le 27 novembre. Un souhait accueilli avec une certaine perplexité par Emmanuel Le Roch, directeur général du Procos, le syndicat regroupant 60.000 magasins spécialisés en France. 

>> EN DIRECT - Coronavirus : suivez l'évolution de la situation mercredi 18 novembre 

Un décalage "très complexe"

Invité de l’"Interview Éco" d'Europe 1 mercredi, ce dernier pointe une procédure "très complexe" : "il y aura forcément des problèmes opérationnels, des problèmes de communication. Il faut être certain que tous les acteurs le font, ce qui est loin d’être évident."  

Au-delà d'un changement de date éventuel du "Black Friday", la "question prioritaire" est l'ouverture des magasins lors de cet événement, pointe le directeur général. Une nécessité d'autant plus vitale que le commerce spécialisé français a vu son chiffre d'affaires chuter en flèche de 80% depuis l'annonce du reconfinement. "La question qui est devant nous est de vendre un maximum de produits le jour du "Black Friday". Donc cet événement ne peut pas être supprimé cette année, ce n'est absolument pas possible sur le plan de la survie d'une grande partie des acteurs."

L'ESSENTIEL CORONAVIRUS

> Covid : où se contami...


Lire la suite sur Europe1