Les commerçants de Lyon annoncent leur mort prochaine dans une manifestation lugubre

"On nous fait mourir à petit feu" : le message des commerçants lyonnais est fort. Ce lundi 10 novembre, 400 employeurs indépendants ont manifesté devant la préfecture de Lyon. Mines lugubres, capes, cercueils, ils ont mis en scène le présage de leur mort prochaine. "Laissez-nous travailler", "L’État nous condamne", "Le coup de barre pour les bars", "La mort pour les salles de sport" affichaient les pancartes déployées lors de la manifestation. Certains sont en cessation de paiement. D’autres survivent comme ils peuvent. Demande d'un soutien économique Libraires, coiffeurs, restaurateurs, tous en appellent aux pouvoirs publics pour ne pas sombrer. "Il faut qu’ils paient nos loyers auprès des bailleurs privés à notre place, plaide Anne Delaigle, créatrice de ligne de vêtements. Et puis, on demande la modification de notre statut d’indépendance. C’est-à-dire que la plupart d’entre nous vont baisser le rideau si le confinement continue. On a zéro protection". Dans la ligne de mire de ces commerçants, les assureurs qu’ils accusent de ne pas jouer le jeu. "Depuis 25 ans qu’on existe, on paye une cotisation d’assurance quasiment doublée pour une perte d’exploitation et ils ont répondu complètement absents sur ce dossier-là", explique Guillaume Mouchel, restaurateur. Ces commerçants espèrent voir leurs contraintes allégées ce jeudi 12 novembre, date à laquelle le gouvernement devrait réévaluer la situation.