Comment le Colisée de Rome va retrouver un sol accessible aux visiteurs

Thomas Delaunay
·Journaliste vidéo au service culture
·1 min de lecture
Comment le Colisée de Rome va retrouver un sol accessible aux visiteurs
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

ROME - Le Colisée de Rome retrouve ses parquets. Dimanche 2 mai, le ministère italien de la Culture a dévoilé un projet technologique ambitieux permettant d’offrir de nouveau un sol à ce monument phare de la capitale italienne, et plus largement de l’Europe. Un dispositif impressionnant comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article.

Le Colisée de Rome est le monument le plus visité d’Italie. En 2019, avant l’arrivée du coronavirus, cette arène a attiré 7,6 millions de visiteurs. Construit au premier siècle, le Colisée accueillait des combats d’animaux et de gladiateurs. D’ici quelques années, ce sont les touristes qui auront la chance de marcher au centre du célèbre amphithéâtre.

Après un appel d’offres lancé fin 2020, c’est la société d’ingénierie italienne “Milan Ingegneria” qui a été sélectionnée avec une enveloppe financière de 18,5 millions d’euros. Les travaux devraient débuter en fin d’année pour s’achever d’ici 2023.

Derrière ce projet, une prouesse technologique. Il s’agit d’un parquet rétractable qui s’articule autour de lamelles de bois mobiles. Le dispositif permet de récupérer l’eau de pluie pour mieux protéger les ruines, ainsi que pour alimenter les toilettes publiques du Colisée.

Cette mythique arène, classée au patrimoine mondial de l’Unesco, alliera ainsi histoire et modernité.

À voir également sur Le HuffPost: Pour la réouverture des cinémas, Nanni Moretti accueille le public dans le sien à Rome

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

LIRE AUSSI:

À Pompéi, des archéologues découvrent un magasin de street food

Qui est Khaby Lame, le nouveau phénomène de TikTok

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.