Comment "Je t'aime, etc." a préparé son déconfinement sur France 2

Clément Vaillant
La reprise des enregistrement se fera sans aucun public, assure la production.

DÉCONFINEMENT - La télévision elle aussi est déconfinée ce lundi 11 mai. Si plusieurs émissions ont continué à être diffusée pendant le confinement comme “Quotidien” de Yann Barthès, certaines ont été mises à l’arrêt pendant l’épidémie de coronavirus. C’est notamment le cas des deux programmes de l’après-midi de France 2, “Je t’aime, etc.” et ”Ça commence aujourd’hui”, tout deux mis en sommeil le 23 mars. Alors que les deux émissions sont de retour à l’antenne ce lundi à 13h55 puis 15h10, Nathalie Cottet, productrice de “Je t’aime, etc.” raconte au HuffPost les coulisses de cette rentrée très spéciale.

Le HuffPost: Dans quel état d’esprit êtes-vous avant la reprise des tournages des émissions?  

Nathalie Cottet: C’est très stressant car nous sommes dans une configuration inédite. On a enregistré ce lundi (11 mai) à 9h00 du matin la première émission qui est diffusée dans la foulée à 15h00. C’est la première fois que nous avons des délais aussi courts entre le tournage et la diffusion. Dans cette configuration, nous n’avons pas vraiment le temps de monter l’émission comme on peut le faire habituellement. On fait ce qu’on appelle dans le jargon du “nettoyage”: on ne supprime que si l’on a eu un problème technique.  

Quelles difficultés avez-vous rencontrées pour préparer cette rentrée si particulière?

Il a fallu réapprendre à travailler. Quand on est dans le processus de création d’une émission, il faut beaucoup échanger et débattre pour faire évoluer le programme. Mais quand on se retrouve à 15 ou 20 sur des réunions Zoom à faire des réunions c’est compliqué parce que ça prend plus de temps.

Plus techniquement, la préparation des sujets est aussi impactée. En salle de montage, on essaye de privilégier le fait que les monteurs se retrouvent seuls. On leur laisse des indications par écrit pour être le moins en contact possible avec eux. Il y a aussi une interdiction totale de pénétrer dans une salle de montage où il y a déjà deux personnes. 

À quoi va ressembler...

Retrouvez cet article sur le Huffington Post