Comment est choisi le Premier ministre en France ?

·3 min de lecture
En 2017, Édouard Philippe avait été désigné Premier ministre par Emmanuel Macron au lendemain de l'investiture de ce dernier. (AFP via Getty Images)

Suite à la réélection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, le chef de l'État va s'atteler à la formation d'un nouveau gouvernement et donc à la désignation d'un Premier ministre. Comment ce dernier est-il choisi ?

C'est la question qui est sur toutes les lèvres : qui va être le prochain Premier ministre ? Après la réélection d'Emmanuel Macron à la tête du pays pour les 5 prochaines années, la question est de savoir qui va composer le futur gouvernement et surtout qui va être le prochain chef de ce gouvernement.

Il y a quelques jours, entre le 1er et le 2e tour, Jean-Luc Mélenchon a appelé les Français à l'élire Premier ministre via les élections législatives, mais ce terme n'est pas exact. En effet, un Premier ministre n'est pas élu par le peuple. Le candidat de La France insoumise a en réalité appelé les Français à voter pour la possible coalition des partis de gauche lors des élections des 12 et 19 juin prochain afin que l'Union populaire remporte les législatives et qu'Emmanuel Macron élise un Premier ministre issu de la nouvelle majorité.

"Un pouvoir propre au président de la République"

Car c'est bien le président de la République qui choisit son chef du gouvernement, comme le précise l'article 8 de la Constitution, "la nomination du Premier ministre est un pouvoir propre au président de la République". Dans le cas où son parti est majoritaire à l'Assemblée à l'issue des élections législatives, le chef de l'État choisit généralement un Premier ministre issu de son propre parti, mais il n'a aucune obligation de prendre le chef de la majorité parlementaire, il choisit qui il veut, comme Emmanuel l'a fait avec Jean Castex lorsqu'il était un simple élu LR dans les Pyrénées-Orientales.

À LIRE AUSSI >> Législatives : les alliances de gauche et de droite peuvent-elles faire trembler la Macronie ?

Dans une situation de cohabitation, comme le souhaitent notamment Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, c'est-à-dire lorsque le parti du président n'a pas la majorité à l'Assemblée nationale, ce dernier doit choisir un Premier ministre issue de la nouvelle majorité. Ce cas de figure est arrivé 3 fois, une première fois en 1986, François Mitterrand (PS) avait choisi Jacques Chirac (RPR) comme Premier ministre. En 1993, François Mitterrand avait cette fois-ci choisi Édouard Balladur (RPR) comme chef du gouvernement puis en 1997, Jacques Chirac avait choisi Lionel Jospin.

Le chef de l'opposition n'est pas automatiquement nommé

Lors des cohabitations, le chef de l'État choisit généralement le chef de l'opposition comme Premier ministre mais en 1993, c'est Édouard Balladur qui a été nommé Premier ministre alors que Jacques Chirac était le chef de l'opposition, mais que ce dernier souhaitait se consacrer à l'élection présidentielle de 1995. Si Raymond Barre et Valéry Giscard d'Estaing avaient laissé entendre qu'ils accepteraient le poste de Premier ministre, c'est bien Edouard Balladur qui a été nommé à Matignon par François Mitterrand.

À LIRE AUSSI >> Qu'est-ce que la cohabitation et comment cela fonctionne ?

Suite à la déclaration de Jean-Luc Mélenchon qui indique qu'il sera le Premier ministre de la cohabitation, le juriste Olivier Beaud, spécialiste de droit constitutionnel, indique ainsi sur son blog que "le leader charismatique de la France Insoumise semble notamment oublier que si la gauche formait une majorité de coalition, d'autres candidatures que la sienne pourraient être envisagées".

VIDÉO - Macron réélu président : qui pour remplacer Jean Castex ?

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles