"On commence mal l'année !" : dépistage massif à Bagneux après la détection du variant britannique

·2 min de lecture

Pour l'heure, une seule personne a été testée positive à Bagneux au variant britannique du Covid-19, réputé plus contagieux que la version originale du virus, notamment chez les plus jeunes.

"On commence mal l'année !" Au milieu de quelques centaines d'autres volontaires, Maria, 64 ans, est venue se faire tester samedi dans la salle des fêtes de Bagneux, cette petite ville de la banlieue sud de Paris où le variant britannique du coronavirus vient d'être détecté. "J'étais déjà inquiète, mais là je le suis encore plus. Ils disent qu'il y a plus de jeunes qui sont contaminés avec +la variante+, et j'ai vu un reportage sur l'Angleterre (reconfinée), ça fait mal au cœur", poursuit la sexagénaire, masque sur le nez. "C'est dans la continuité de 2020, mais encore pire".

Pour l'heure, une seule personne a été testée positive à Bagneux au variant britannique du Covid-19, réputé plus contagieux que la version originale du virus, notamment chez les plus jeunes. Il s'agit d'une animatrice scolaire municipale, qui a travaillé dans deux établissements de la commune avant Noël puis pendant les vacances scolaires, plus précisément dans les groupes scolaires Maurice Thorez et Henri Barbusse, a fait savoir le ministère de l'Education. Ce n'est que dans un second temps que la souche du variant britannique a été identifiée.

"

On sait pas comment elle l'a attrapé

"

Pour l'instant, 19 cas de contamination par ce variant ont été confirmés dans toute la France, auxquels il faut ajouter trois autres cas par un variant repéré en Afrique du Sud, selon le ministère de la Santé. La patiente de Bagneux a été immédiatement isolée mais, ainsi que l'a révélé le ministère de la Santé, elle n'a ni voyagé au Royaume-Uni ni été en contact avec quelqu'un qui y était allé. De quoi préoccuper la population. "On sait pas comment elle l'a attrapé. Est-ce que la variant est dans l'air maintenant ?", s'interroge Maria. "S'il est dans l'air on est(...)


Lire la suite sur Paris Match