Le commandant du GIGN livre le récit de la traque de l'assaillant à La Chapelle-sur-Erdre

·2 min de lecture
Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Après avoir blessé une policière municipale, l'auteur s'est retranché dans un appartement, prenant une femme en otage durant plus de deux heures. Il a été tué lors de l'intervention du GIGN.

Le périple criminel de l'assaillant de La Chapelle-sur-Erdre a été contré, vendredi, par l'intervention du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN). Une opération que le commandant du GIGN, Ghislain Réty, qualifie de "succès".

"Certes, l'assaillant est mort mais ça reste un succès", explique-t-il ce samedi matin sur BFMTV.

Avant d'être neutralisé, l'homme a d'abord poignardé à plusieurs reprises une policière municipale. Il a ensuite pris la fuite et, dans sa cavale, porté un coup de couteau à un autre agent qui a tenté de le maîtriser.

"Les services ont réussi à le pister" 

Puis, il a pris le volant de sa voiture mais, après avoir eu un accident quelques centaines de mètres plus loin, il s'est retranché dans un appartement, prenant une jeune femme de 19 ans en otage pendant plus de deux heures

Depuis le balcon de l'appartement où il était parqué, le suspect a ouvert le feu sur les quelque 250 gendarmes mobilisés. Ces derniers ont répliqué sans le blesser avant que le fugitif ne quitte sa planque.

L'assaillant "cerné", "sous pression"

"Sous la pression, il s'est senti cerné, il a libéré l'otage et est sorti pour affronter les gendarmes. Une cartouche a été tirée par l'auteur et est arrivée dans le gilet par balle d'un gendarme sans le blesser, deux autres ont été blessés", l'un au genou, l'autre au coude, raconte Ghislain Réty.

Les gendarmes ont riposté et touché leur cible à l'abdomen. L'homme "va décéder après de nombreuses minutes de tentatives de réanimation par les secours", a précisé vendredi le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès. 

Ce samedi matin, la policière municipale attaquée est toujours hospitalisée en urgence absolue, mais ses jours ne sont plus en danger. L'otage, saine et sauve mais choquée, pourrait quant à elle être bientôt entendue par les enquêteurs. 

Article original publié sur BFMTV.com