Commémorations des tueries de Merah : «La République n'oublie pas»

Libération.fr
Le 19 mars à Toulouse lors des commémorations des tueries de Mohamed Merah.

Des hommages émouvants aux sept victimes de Mohamed Merah ont été rendus dimanche à Toulouse en présence du ministre de l'Intérieur. Une cérémonie s'est notamment tenue à l'école Ohr Torah devant laquelle le tueur de Toulouse avait assassiné trois enfants juifs.

«C’est à Toulouse et à Montauban que tout a commencé.» Cinq ans après les attentats de Mohamed Merah, le ministre de l’intérieur Bruno Le Roux a rendu hommage aux sept victimes, parmi lesquelles trois enfants juifs, et aux blessés du «tueur au scooter». Le 11 mars 2012, à Toulouse, Merah tuait le maréchal des logis chef Imad Ibn Ziaten, 30 ans. Quatre jours plus tard, le 15 mars, à Montauban, il assassinait le caporal Abel Chennouf, 25 ans, et Mohamed Legouad, première classe de 23 ans. Grièvement blessé, Loïc Liber, première classe de 27 ans, est depuis tétraplégique. Le 19 mars à l’ouverture des portes de l’école juive Ozar Hatorah, le tueur exécutait Jonathan Sandler, 30 ans, ses deux fils Arieh, 5 ans, et Gabriel, 4 ans, ainsi que Myriam Monsonégo, 7 ans, la fille du directeur. Aaron «Bryan» Bijaoui, âgé de 15 ans, était blessé.

«La douleur et l’effroi demeurent en nous»

Dans la cour de l’école rebaptisée Ohr Torah et devant près d’un millier de personnes, Bruno Le Roux leur a rendu un vibrant hommage sans jamais mentionner le nom du tueur. «Aujourd’hui, cinq ans après, la douleur et l’effroi demeurent en nous. Ils n’ont pas disparu, ils ne se sont pas apaisés avec le temps. Cinq ans après la tragédie, il nous est impossible d’oublier, a souligné le ministre. Comme vous, la République n’oublie pas. Elle se souvient de ses enfants emportés dans la nuit du terrorisme à Toulouse et Montauban.» Bruno Le Roux s’est ensuite rendu près de la place du Capitole pour un dépôt de gerbe.

Retrouvez cet article sur Liberation.fr

François Fillon a un nouveau slogan de campagne (et il n'y a plus le mot vérité)
Hamon espère un nouveau départ après un discours vibrant à Bercy
Désarmement de l'ETA : le Pays basque français attend un soutien de Paris
Les Insoumis en marche pour la Sixième République
Au meeting de Benoît Hamon, le refus d’un vote de «renoncement»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages