Commémorations de la libération d'Auschwitz : la bataille de la mémoire entre Russie et Pologne

*

Précédent de quatre jours la commémoration qui se tient depuis la fin de la seconde guerre mondiale sur le lieu de l’ancien camp d’Auschwitz, en Pologne, le Forum mondial de l’Holocauste, une association dirigée par le président du congrès juif européen, Viatcheslav Moshe Kantor, un milliardaire réputé proche du président russe, tenait à Yad Vashem, à Jérusalem, le 23 janvier, sa cinquième édition avec pour thème « En souvenir de l'Holocauste, la lutte contre l'antisémitisme ». Une quarantaine de chefs d’Etat et têtes couronnées, parmi lesquels le roi Felipe d’Espagne et le grand duc de Luxembourg Henri, se sont rendus pour assister à la cérémonie. Mais une poignée d’entre eux seulement ont pris la parole.

Outre les plus hauts dirigeants israéliens, ce sont les représentants des puissances victorieuses du conflit mondial qui se sont exprimés -le vice-président américain Mike Pence, le prince Charles de Grande Bretagne, le président Macron et Vladimir Poutine- suivis par le président allemand Franz-Walter Steinmeier. Le président russe, qui inaugurait dans la matinée aux côtés du premier ministre israélien Benyamin Netanyahou un monument aux victimes du siège de Léningrad (1941-44), s’est même exprimé deux fois. Dans un premier discours, où il a rappelé avoir perdu un frère aîné pendant le siège, en 1942, il a martelé la nécessité de combattre les fléaux que sont «

Lire la suite