Commémorations du 9 mai à Moscou, frappes sur Odessa... La situation au 75e jour de la guerre en Ukraine

Vladimir Poutine le 9 mai 2022 à Moscou lors des commémorations du 9 mai - Mikhail METZEL / SPUTNIK / AFP
Vladimir Poutine le 9 mai 2022 à Moscou lors des commémorations du 9 mai - Mikhail METZEL / SPUTNIK / AFP

Les commémorations du 9 mai à Moscou, redoutées par les Occidentaux, n'ont finalement pas été le théâtre d'une escalade dans le conflit. Vladimir Poutine, dans un discours réduit, a appelé à éviter "l'horreur d'une guerre globale", tout en affirmant que son armée combattait en Ukraine contre "une menace inacceptable".

• Frappes sur Odessa pendant la visite surprise de Charles Michel

Les visites surprise se multiplient en Ukraine. Après le Premier ministre canadien Justin Trudeau, le président du Conseil européen, le Belge Charles Michel s'est rendu à Odessa ce lundi, grande ville portuaire du sud de l'Ukraine. Le président du Conseil a toutefois dû s'abriter en raison de frappes de missile, alors qu'il était en pleine réunion avec le Premier ministre ukrainien, Denys Chmygal.

Quelques heures plus tard, Charles Michel a livré un message de soutien appuyé aux Ukrainiens, via un message vidéo publié sur Twitter. "Le Kremlin veut supprimer votre esprit de liberté et de démocratie. Je suis totalement convaincu qu'il n'y arrivera jamais", a-t-il affirmé. "Vous n'êtes pas seuls. Nous sommes à vos côtés, nous ne vous laisserons pas tomber", a-t-il ajouté aux Ukrainiens, assurant que l'Union européenne "aidera à construire un pays moderne et démocratique, tourné vers l'avenir".

• Anna Pulonskaya, rescapée de Boutcha, témoigne sur BFMTV

Sur BFMTV, Anna Pulonskaya, rescapée de Boutcha, ville devenue le théâtre des crimes de guerre russes en Ukraine, a raconté sa fuite. Le 4 mars dernier, la jeune femme, enceinte, prend la route avec son compagnon. Après "à peine cinq minutes" de trajet, leur véhicule est mitraillé par un char. "Mon mari a été tué sur le coup et j'ai eu de la chance, je me considère comme miraculée", confie-t-elle.

Blessée, elle est extraite de la voiture par des soldats ukrainiens, avant d'être conduite à l'hôpital. Peu de temps après une intervention chirurgicale, elle perd son bébé.

876450610001_6305832193112 "C'est inimaginable qu'au 21e siècle on puisse comme ça s'attaquer et tirer sur des civils qui sont en train de s'enfuir (...) Ce qu'ont vécu les gens de Boutcha, de Marioupol, de Kharkiv... Si vous ne l'avez pas vu de vos propres yeux vous ne comprendrez pas l'horreur, la souffrance et la terreur de ceux qui ont vécu ça. Je ne le souhaite à personne", explique la jeune femme, convaincue de la victoire de son pays contre la Russie.

• Commémorations du 9 mai: un défilé sans triomphe

Le président russe a proclamé que son armée combattait en Ukraine pour défendre "la patrie" contre une "menace inacceptable", dans son traditionnel discours du 9 mai sur la place Rouge, suivi d'une parade militaire, pour commémorer la victoire sur les nazis en 1945 et le sacrifice de millions de Soviétiques.

"Une menace absolument inacceptable se constituait, directement à nos frontières", a-t-il affirmé, accusant de nouveau l'Ukraine de néonazisme et qualifiant son offensive de "riposte préventive" et de "seule bonne décision. Je m'adresse à nos forces armées: vous vous battez pour la patrie, pour son avenir", a dit Vladimir Poutine.

876450610001_6305819096112

Dans un discours long de seulement dix minutes, le président russe s'est toutefois éloigné de sa rhétorique guerrière habituelle. "Nous devons faire tout ce que nous pouvons pour que cette guerre globale ne se reproduise pas", a-t-il déclaré, faisant référence à la Seconde Guerre mondiale.

Le défilé militaire a été coupé court, avec l'annulation du défilé aérien pour des raisons météorologiques, selon Moscou.

• Zelensky promet la victoire, comme en 1945

Quelques heures avant les célébrations à Moscou, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a promis que l'Ukraine ne laisserait pas la Russie "s'approprier la victoire sur le nazisme" en 1945.

"Nous sommes fiers de nos prédécesseurs qui, avec d'autres peuples dans le cadre de la coalition anti-hitlérienne, ont vaincu le nazisme", a-t-il déclaré dans un message vidéo, qui le montre marchant dans l'avenue centrale de Kiev, Khrechtchatyk. "Notre ennemi rêvait de nous voir renoncer à fêter le 9 mai et la victoire sur les nazis pour que le mot dénazification obtienne une chance", a-t-il ajouté.

"Le jour de la victoire sur les nazis, nous nous battons pour une autre victoire, la voie vers cette victoire est longue mais nous n'avons pas de doutes sur notre victoire", a-t-il insisté.

"Nous avons vaincu à l'époque, nous vaincrons maintenant", a-t-il ajouté.

• Macron appelle à la création d'une "communauté politique européenne"

Dans son premier discours sur l'Europe depuis sa réélection, Emmanuel Macron a appelé à Strasbourg à la création d'une "communauté politique européenne" pour accueillir notamment l'Ukraine, pendant la procédure d'adhésion à l'UE qui prendra des années, voire "des décennies".

876450610001_6305820736112

Le chef de l'État s'est également dit "favorable" à une "révision des traités" de l'Union européenne, comme proposé par le Parlement européen, pour gagner en efficacité institutionnelle par temps de paix comme en temps de crise.

Dans le même temps, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a annoncé que Bruxelles rendrait son "opinion" en juin sur la candidature de l'Ukraine à l'UE. La procédure d'examen des demandes d'adhésion de l'Ukraine, mais aussi de la Géorgie et la Moldavie, a été lancée début mars.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles