Commémorations du 8-Mai: l'Allemagne veut éviter des rassemblements pro-Poutine

Plus de cinquante manifestations sont annoncées, rien qu'à Berlin, à l'occasion de la commémoration de la fin de la Seconde Guerre Mondiale. La plupart sont organisées par des activistes russophones pro-Poutine. En ex-RDA, chaque ville, chaque village a son mémorial à la gloire des Soviétiques, vainqueurs de l'Allemagne nazie. La police, qui redoute les provocations, est sur les dents.

Avec notre correspondante à Berlin, Nathalie Versieux

On attend à Berlin d'importantes manifestations, à l'occasion des 8 et 9 mai. Depuis la chute du Mur, les commémorations autour de la fin de la Grande Guerre Patriotique, comme on appelle le conflit en Russie, ne mobilisaient plus guère que quelques vétérans. Mais les choses ont changé avec l'invasion de l'Ukraine. 3,5 millions de russophones vivent en République fédérale, une communauté divisée autour de la guerre. Aux premiers jours du conflit, début mars, on avait assisté à des manifestations plus ou moins spontanées, des convois de véhicules arborant le drapeau russe et le « Z » de soutien aux troupes de Poutine ont défilé à Berlin, Hanovre ou Francfort, provoquant l'indignation dans le pays.

Drapeaux, chants et uniformes interdits pour ces commémorations

Pas question de revoir de telles scènes aujourd'hui et demain dans les rues allemandes. 1 500 policiers venus de toute l'Allemagne sont mobilisés rien qu'à Berlin où les manifestants n'auront pas le droit d'arborer de drapeaux russes ou ukrainiens, d'entonner de chants militaires ou de porter l'uniforme.

Si le conflit ukrainien polarise tant l'Allemagne, cela tient à l'importance de la communauté russe d'Allemagne, et à sa composition. Les Russes d'Allemagne sont pour la plupart arrivés à la chute du Mur. Ils appartiennent à ces minorités allemandes d'Union soviétiques, déportées vers l'est et persécutées par Staline après la guerre, qui sont arrivées en Allemagne par millions à la fin du communisme.

Pas toujours bien intégrés, perméables à la propagande russe, ils sont nombreux à vénérer Vladimir Poutine. Les Russes d'Allemagne sont surreprésentés dans les rangs du parti d'extrême droite AfD ou des anti-vaxs. Samedi, des bikers russes pro-poutine ont été vus à proximité des imposants mémoriaux soviétiques de Berlin. Des regroupements s'organisent sur les réseaux Facebook ou Telegram. Tant du côté pro-russe que du côté pro-ukrainien.

►À lire aussi : La brouille diplomatique entre Berlin et Kiev semble surmontée

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles