Commémorations du 13-Novembre : sept ans après, le traumatisme toujours présent

© Stéphane de Sakutin/AFP

Sept ans jour pour jour après les attentats du 13 novembre 2015, des commémorations ont lieu ce dimanche, en présence de la maire de Paris, Anne Hidalgo, et de la Première ministre, Elisabeth Borne. Cinq mois après le procès des attentats, comment les victimes se reconstruisent-elles ? Comment vivent-elles les commémorations ? Franck, un rescapé du Bataclan, témoigne sur Europe 1.

Ce sont les premières commémorations des attentats du 13 novembre depuis la fin du procès. Les accusés ont été reconnus coupables fin juin. Aucun d'eux n'a fait appel. Cinq mois après ce procès historique, comment les victimes se reconstruit- elles ? Comment vivent-elles les commémorations à venir ? Franck était au Bataclan il y a sept ans. Il a également témoigné lors du procès. Depuis, une page s'est tournée mais le traumatisme est toujours présent.

"Je ne comprends pas comment je peux encore être triste"

"Ce qui est compliqué dans l'après procès, c'est que l'été se passe, tout se passe, puis c'est la rentrée. Et il reste tout ça, ce 13 novembre qui approche comme tous les ans. Je ne comprends pas très bien comment je peux encore être triste parce que normalement quelque chose de majeur s'est achevée. On a toutes les cartes en main pour pouvoir aller beaucoup mieux. Mais non, ça nous rattrape tout le temps, même malgré la fin du procès. Alors c'est tout bête, mais il y a eu le changement d'heure il y a dix jours. D'un coup, la nuit s'installe. Et là, ça vous rappelle que novembre arrive", témoigne-t-il sur Europe 1.

>> Retrouvez Europe matin week-end - 6-8 en podcast et en replay ici

"On décore notre cerveau avec des sales images"

"Et novembre, c'est compliqué. Automatiquement, on y repense, comme un peu avant Noël. On va refouiller dans ses cartons, chercher notre déco et on décore notre maison. Malheureusement, dans notre cerveau, on va rechercher dans les cart...

Lire la suite sur Europe1

VIDÉO - Isabelle Bauer, rescapée d’un féminicide : "Il m'a tiré deux fois dessus, puis il est parti et a mis fin à ses jours"