Le Comité Orwell de Natacha Polony se retrouve dans le viseur des ayants droit de l'écrivain

Libération.fr
La journaliste Natacha Polony le 20 mai 2016, à Cannes.

Fondé en 2016 par plusieurs journalistes, le Comité Orwell, qui porte des idées souverainistes, lance une web TV. Une nouvelle exposition parvenue aux ayants droit de l'auteur de «1984», qui pourraient bien obtenir un changement de nom du comité.

C’est une récupération qui avait déjà été pointée du doigt sur le plan intellectuel, mais qui pourrait se voir mise en cause juridiquement dans les temps à venir. Créé en mai 2015 par plusieurs journalistes dont Natacha Polony (sa figure de proue), le Comité Orwell est passé à une nouvelle étape ce lundi en lançant sa web TV, Orwell TV, accessible sur abonnement. Il s’agit, ni plus ni moins, de mettre en images les idées que les membres de ce comité en guerre contre la «pensée unique» défendent déjà sur leur site, mais aussi dans les médias où ils travaillent, comme Europe 1 (où Natacha Polony est chargée de la revue de presse), Paris Première (où Natacha Polony dispose de sa propre émission, Polonium, produite par la même société qu’Orwell TV), ou encore le Figaro (où Natacha Polony a disposé d’une chronique et où un autre membre fondateur du Comité Orwell, Alexandre Devecchio, travaille).

Dans la vidéo de présentation mise en ligne sur le site, Natacha Polony rappelle la volonté du comité : défendre un «souverainisme populaire» contre «l’absence totale de pluralisme sur des sujets comme l’Europe, la globalisation, le libéralisme». Et pour elle, la figure de l’écrivain George Orwell (1903-1950), célèbre pour son roman d’anticipation 1984, est la mieux à même de représenter ce projet : «le totalitarisme théorisé par Orwell dans 1984, ce n’est pas seulement celui qu’ont incarné le stalinisme et le nazisme. La manipulation du langage, sa réduction à des éléments de communication, la pression sur chacun pour qu’il se persuade qu’il ne voit pas ce qu’il voit, tout cela correspond parfaitement à une forme moderne de totalitarisme soft. Et qui est d’autant plus efficace qu’il n’a pas besoin de la coercition», dit-elle.

Sauf que (...)

Lire la suite sur Liberation.fr

Damien Carême, hôte estime
Présidentielle: à J-34 du premier tour
Présidentielle: un débat inédit pour donner le coup d’envoi de la campagne
Les pouvoirs du président de la République
«Etre reconnu comme sexe neutre, je le fais pour moi et pour les autres»

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages