Le comité Miss France accepterait-il une candidate voilée ? Sylvie Tellier répond

Sylvie Tellier est actuellement dans les starting-blocks. Le concours de Miss France 2020 approche à grands pas puisqu'il aura lieu le 14 décembre 2019. Mais depuis quelques semaines, la Présidente du comité doit faire face à des polémiques concernant les participantes. Récemment, le comité Miss France a fait l'objet d'accusations de grossophobie envers Amandine Billoux qui avait été élue première dauphine de Miss Volcans d'Auvergne en 2019. C'est donc à cette occasion que Sylvie Tellier était l'invitée, accompagnée de Camille Cerf, de Touche pas à mon poste mercredi 6 novembre 2019. Elle en a profité pour revenir sur cette polémique mais aussi sur la possibilité d'élire prochainement une candidate transgenre dans le concours de beauté. Le présentateur de l'émission, Cyril Hanouna, lui a par ailleurs demandé s'il était possible de voir apparaitre une femme voilée à Miss France.

>>> Photo - Miss France 2020 : après la vive polémique, le nouveau costume régional de Miss Lorraine dévoilé

L'animateur phare de la chaîne a dévoilé l'histoire de Sara Iftekhar, étudiante en droit de 20 ans qui a été, en 2018, la première femme voilée à participer à une finale de Miss Angleterre. De cette manière, Cyril Hanouna passe un enregistrement montrant la jeune anglaise défiler et expliquer qu'elle était "fière" d'avoir été dans le top 50. Ce sujet n'a pas manqué de faire réagir la Présidente du comité qui s'est exprimée en prenant pour exemple Mayotte qui est "un département où il y a une grosse communauté musulmane". Elle développe ensuite : "Ce que l'on fait, c'est qu'on respecte les choix, les aspirations politiques de chacune, on leur permet de défiler avec un paréo. On n'oblige pas les candidates à défiler en maillot de bain" a-t-elle expliqué avant de continuer : "On n'a pas envie de faire de la propagande politique ou religieuse. On est un concours pour tous les Français". Elle conclut enfin : "Dans le cadre du concours Miss France, ce que l'on demande à chaque jeune fille c'est

(...) Cliquez ici pour voir la suite