Coming out forcé de Rebel Wilson : un journal australien sous le feu des critiques

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Photo PATRICK T. FALLON/AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Un “ultimatum”, c’est ce que le Sydney Morning Herald est accusé d’avoir posé à l’actrice australienne Rebel Wilson pour révéler son homosexualité. Le 9 juin dernier, Andrew Hornery, un chroniqueur mondain du pourtant réputé journal de Sydney, envoie un mail à l’actrice de Pitch Perfect. Il l’avertit qu’il compte révéler, dans un article à paraître le 11 juin, le nom de sa compagne et lui demande si elle souhaite commenter l’information.

Wilson n’avait encore jamais révélé son homosexualité. L’actrice choisit de ne pas répondre au journaliste australien et poste une photo d’elle avec sa compagne le même jour sur Instagram, officialisant son coming out et devançant ainsi le Herald. En riposte, Andrew Hornery publie un article le 11 juin dans lequel il se plaint, en substance, de s’être fait voler son scoop.

Le mea culpa du Sydney Morning Herald

Reste que, pour beaucoup, le journaliste a bel et bien imposé un “coming out forcé”. S’ensuit une vague d’indignation sur les réseaux sociaux. Beaucoup de personnalités réagissent pour condamner les propos du journaliste, qualifiant son article de “scandaleux”, “répugnant” et “honteux”, énumère le Los Angeles Times. Parmi elles, le chanteur irlandais Ronan Keating ou la journaliste de la BBC Megha Mohan, qui juge les méthodes du journal proches de celles de la “presse poubelle” des années 1990.

Aujourd’hui, la chronique originale d’Andrew Hornery n’est plus en ligne. Elle a été remplacée sur le site du Sydney Morning Herald par une tribune d’excuse intitulée “J’ai fait une erreur avec Rebel Wilson, et je ne le referai pas”. Le journaliste se défend et dit ne pas avoir voulu blesser l’actrice. “En tant qu’homosexuel, je suis conscient des ravages de la discrimination. Ce n’était vraiment pas mon intention de lui faire du mal”, écrit-il.

Il explique ensuite que les équipes du journal ont “été maladroites”, et que contacter Rebel Wilson pour la prévenir qu’ils allaient révéler son couple était juste “une question de transparence et d’équité”, et en aucun cas “un ultimatum”. Il conclut :

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles