Comet Interceptor : un vaisseau-mère et deux petites sondes pour une mission inédite

Rémy Decourt, Journaliste
·2 min de lecture

Décidée lors du Salon du Bourget de 2019, la mission Comet Interceptor est composée d’un vaisseau-mère, fourni par l’ESA, à bord duquel se trouveront les deux petites sondes B1 et B2, fournies respectivement par la Jaxa et l’ESA. La mission doit être prête pour son lancement en 2029, elle sera lancée à bord d’un Ariane 62 en tant que copassager du satellite Ariel qui doit étudier l'atmosphère des exoplanètes.

L’ESA vient de choisir Thales Alenia Space en Grande-Bretagne pour mener l’une des deux études parallèles relatives à la mission. Cette phase d’étude se terminera mi-2022 à l’issue de laquelle l’ESA choisira une des deux équipes comme maître d’œuvre final, pour poursuivre le développement du satellite jusqu’à son lancement. Dans le jargon de l’ESA, ce  type de mission  est appelé « Fast Mission ». Elle doit être à la fois plus rapide en matière de cycle de développement et moins coûteuse que les missions scientifiques standards. Comme nous l’explique Rémi Challamel, responsable de l'étude Comet Interceptor chez Thales Alenia Space, la « réalisation de cette mission, nous pousse à combiner des concepts du « new space » (nouveaux programmes spatiaux, plus rapide, moins cher, à risque maîtrisé) avec des concepts robustes ayant fait leur preuve sur des missions scientifiques réalisées par TAS dans le passé ». 

Une mission inédite par plusieurs aspects

Ces 18 mois d’études ne seront pas de trop pour définir la « conception de l’ensemble du vaisseau spatial ainsi que la préparation à la phase de développement incluant les phases d’assemblage, d’intégration et de tests du segment spatial, le support aux opérations de lancement et la mise en service en orbite ». Contrairement aux missions conventionnelles qui sont lancées à destination d'objectifs précis, Comet Interceptor n’en aura aucun d’attitré. C’est pourquoi, il doit « pouvoir couvrir une large gamme de scenarii de rencontres en matière de trajectoire, de cinématique et de géométrie ». En effet, le satellite se...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura