Avec Comet Interceptor, l'Europe repart à la chasse aux comètes

esa

C'est une mission inédite, sans cible pré-établie, qui sera lancée en 2029 avec pour objectif d'étudier un objet provenant des confins du système solaire ou d'un autre système stellaire.

La découverte, en 2017, de 1I/Oumuamua, une espèce de "cigare volant" dont la nature est toujours indéfinie et celle, en 2019, de la comète 2I/Borisov a changé la donne : preuve est désormais faite que des , formés autour d'une étoile autre que le Soleil, peuvent traverser le système solaire sans toutefois y prendre racine. Ils pourraient même être nombreux : selon une publiée en 2021, sept objets rocheux de type Oumuamua passeraient chaque année au voisinage de la Terre, mais les objets du type de Borisov seraient en revanche plus rares : environ un tous les dix ans, dans le même périmètre. Problème : impossible de prévoir leur arrivée et quand ils sont détectés, il est trop tard pour mettre en place une mission d'observation scientifique, leur visite est bien trop brève. La mission Comet Interceptor a été conçue pour pallier cette difficulté.

Attente vigilante à 1,5 million de kilomètres de la Terre

Wait and see"...Ce pourrait être le slogan de Comet Interceptor annoncée le 20 juin 2019 par l'ESA, l'Agence spatiale européenne, et adoptée, après l'étude de faisabilité, le 8 juin 2022. La mission est prévue pour décoller en 2029, à bord d'une fusée Ariane 6, en même temps que le satellite Ariel et sera composée de trois sondes, réunies dans un vaisseau composite, qui patienteront au point de Lagrange L2, situé à 1,5 million de kilomètres de la Terre. Dans cette zone, les satellites peuvent "stationner" sans que leur trajectoire ne soit perturbée par les champs de gravité de la Terre et du Soleil. Les sondes y resteront jusqu'à ce qu'une cible d'intérêt soit identifiée par des télescopes au sol ou dans l'espace comme le James Webb. Elles partiront alors à sa rencontre et se sépareront quelques semaines avant l'interception.

Les missions spatiales à destination de comètes, comme ou la sonde Giotto qui a rencontré la célèbre comète de Halley une vingtaine d'années plus tôt, ont jusqu'ici ciblé des comètes à courte période. Des astres qui font le tour du Soleil en [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles